Début du mois, un homme a été enlevé et séquestré pendant un trajet en camionnette. Les doigts d'une main ont été sectionnés et une autre main a été pratiquement coupée. La victime a été abandonnée à la frontière française.

"Une instruction judiciaire est en cours et trois personnes ont été placées sous mandat d'arrêt", a déclaré le parquet de Bruxelles, précisant que les faits sont en lien avec un règlement de compte dans le milieu des stupéfiants. La victime, un Belge d'une trentaine d'années, a été torturée avant d'être abandonnée, le 1er février dernier près de Lille, en France, selon Sudpresse.

Elle a été retrouvée, gisant sur le bord de l'A22 à Marcq-en-Baroeul, par des automobilistes. Elle avait les pieds liés et était gravement mutilée au niveau des mains, laissant penser qu'elle a été torturée. D'après les enquêteurs, selon Sudpresse, la victime aurait été jetée d'une voiture ou depuis un talus en hauteur.

Une patrouille de la DIR en France, la direction interdépartementale des routes, a été dépêchée sur place. L'enquête a été confiée à la Police Judiciaire de Lille pour tentative d'homicide, enlèvement et séquestration. La victime a été hospitalisée, consciente mais dans un état inquiétant. Elle a été entendue plusieurs jours après par la police.

Le parquet de Lille a ensuite décidé de renvoyer le dossier vers la justice belge, au parquet de Bruxelles, les faits ayant été commis principalement en Belgique par des ressortissants belges.