Hier soir vers 22h20, un pompier a été frappé alors qu'il tentait de sauver une personne en train de se noyer dans le canal de Bruxelles, à hauteur du quai des Péniches.

Le plongeur se dirigeait vers la personne en difficulté mais, avant le premier contact le 'noyé' a décroché deux coups de poing violent au visage du secouriste. "Notre pompier a tenté de tenir l’énergumène à distance pendant que celui-ci continuait a lui assener des coups", relate le Siamu. "Il ne s’agit clairement pas d’un réflexe de défense dû à la panique d’une personne qui se noie. Notre collègue a même été mordu à la main."

Le pompier a finalement réussi à ceinturer la victime par derrière et tous les deux ont été tirés vers le bord à l’aide de la corde guide. L'agresseur continuait à donner des coups. Un deuxième plongeur s'est alors mis à l’eau pour aider à mettre la sangle d’évacuation. Une fois hissé sur le quai, le noyé a été pris en charge par les équipages du Smur et de l’ambulance sur place et a été évacué vers l’hôpital.

Le pompier/plongeur victime de coups et blessures  est en incapacité de travail pour deux gardes. "Les collègues sur place l’ont soutenu moralement et psychologiquement pour l’aider à surmonter cette violence gratuite et incompréhensible envers un secouriste pendant l’exercice de ses fonctions", précise encore le Siamu. Le pompier agressé a porté plainte pour coups et blessures volontaires tandis que la direction générale du Siamu se portera partie civile.

Par ailleurs, pendant le trajet pour se rendre sur place, la progression des véhicules de secours a été entravée, pendant 2 à 3 minutes, par deux voitures garées à travers de la route. Après prise d’information il s’avère que ces deux véhicules étaient placés là pour sécuriser (contre véhicule bélier) un évènement sur le quai des Péniches. Mais l’accord entre les organisateurs et les autorités prévoyait la présence d’un chauffeur sur place pour déplacer, en cas de besoin, immédiatement les véhicules pour rendre l’accès possible. Ce qui n’était pas le cas.