Un nouveau plan de mobilité entre en vigueur au niveau de la chaussée de Boondael. Depuis ce vendredi matin, un sens unique est en vigueur depuis le cimetière d'Ixelles vers le boulevard Général Jacques.

Dans le cadre de la crise sanitaire, la commune d'Ixelles avait créé une zone de rencontre depuis la mi-août pour laisser la possibilité aux terrasses horeca de s'étendre sur l'espace public. Mais lors d'une réunion organisée entre les autorités communales et les commerçants le 30 septembre, ces derniers ont manifesté leur souhait de changer de scénario.

"Le scénario repris vise donc à maintenir le sens unique sur la chaussée de Boondael qui était déjà en vigueur depuis la mi-août mais on change de sens, avec une circulation automobile entre le cimetière d'Ixelles vers le boulevard Général Jacques", explique Yves Rouyet (Ecolo), échevin de la Mobilité.

L'objectif de ce nouvel aménagement est de permettre aux établissements horeca de disposer de plus grandes terrasses. "Désormais, au lieu d’avoir deux mètres de large, les terrasses peuvent avoir trois mètres. Lors de la situation préexistante, on laissait neuf places de stationnement au niveau de la chaussée de Boondael mais avec ce nouveau plan, on atteint 40 places. Nous avons tenu compte des zones de livraison, d’espace pour les arceaux vélo, avec un point d'attention pour les scooters qui effectuent les livraisons", précise Yves Rouyet.

Ces nouveaux aménagements sont temporaires. Un aménagement définitif doit voir le jour à l'horizon 2023. "On refera un plan concerté avec les riverains et commerçants qui passera en enquête publique", précise l'échevin.

De leur côté, les partis d'opposition MR-VLD, Défi et Objectif XL saluent ce changement de situation. "Nous dénonçons depuis le premier jour ces aménagements. Ils ont été faits sans aucune consultation, sans réflexion, à la va-vite. Résultat, c’est un fiasco complet et le bourgmestre lui-même n’a pas eu d’autre choix que de le reconnaître en séance. Quel gâchis pour ce quartier", déplorent les trois chefs de groupe. "Reconnaitre ses erreurs, c’est bien, mais ne pas en commettre, c’est mieux", concluent Gautier Calomne (MR-VLD), Anne-Rosine Delbart (DéFi) et Geoffroy Kensier (Objectif XL).