Selon l'échevine, ces plans modifiés se rapprochent des plans initiaux proposés par le bureau d'étude désigné par Beliris.

C'est sur cette version initiale que s'appuyait partiellement la première demande de permis d'urbanisme déposée en 2018.

La Commission de concertation avait rendu un avis favorable sous conditions le 24 octobre 2018. Elle avait ainsi exigé de prévoir un plain-pied, de façade à façade; de canaliser les flux de véhicules par des bornes en pierre bleue; et d'envisager la réduction de la largeur de la partie carrossable de la rue Montagne de la Cour au niveau de son débouché sur la place Royale.

Le fonctionnaire délégué a ensuite demandé des plans modifiés. Depuis, plusieurs réunions ont eu lieu entre Beliris, la Région (Urban, STIB et secrétaire d'Etat Pascal Smet) et la Ville de Bruxelles pour travailler sur une nouvelle proposition optimale adoptée jeudi dernier par le collège de la Ville de Bruxelles.

Selon l'échevine Ans Persoons (change.brussels), il en ressort que la zone piétonne augmentera considérablement: cette progression, initialement limitée à 20% sera désormais de 80%. Les cyclistes y seront autorisés.

La voie carrossable, modifiée en conséquence sera réduite et "pensée comme un carrefour et non plus comme un rond-point. Cela donnera une meilleure mise en valeur de la statue de Godefroid de Bouillon".

Elle sera partagée entre les trams et les voitures avec un système de feu donnant la priorité au tram.

Ces modifications s'accompagnent d'une attention particulière pour "préserver les qualités patrimoniales uniques de cette place".

Le collège de la Ville de Bruxelles estime que les plans modifiés doivent faire l'objet d'une enquête publique et d'une commission de concertation.

De son côté, Beliris a indiqué avoir introduit une nouvelle demande de permis d'urbanisme en décembre dernier.

"En augmentant l'espace public, de nouveaux espaces de qualité et apaisés pourront être créés. Cette ambition pour la Place royale se fait en excellente concertation avec différents niveaux: Beliris, la Région et la STIB, témoignant la bonne volonté pour œuvrer à l'amélioration de l'espace public. De par son envergure et avec ses façades, cette place fait aussi partie de l'itinéraire des visiteurs de notre capitale, puisqu'elle se situe à proximité de grands musées tels que celui de Magritte. Tout le monde y trouvera sa place: les piétons, les cyclistes, les transports en commun ainsi que les automobilistes", a commenté le bourgmestre Philippe Close (PS).

Pour Ans Persoons, le réaménagement de la place Royale s'inscrit dans l'ambition du collège à améliorer la liaison entre le haut et le bas de la Ville pour les piétons et les cyclistes au cours de la législature. "En délimitant l'espace de circulation automobile, un espace gigantesque sera libéré. La Place Royale est une place néoclassique unique à Bruxelles. Après son réaménagement, on pourra enfin s'y poser pour profiter de toute sa splendeur patrimoniale", a-t-elle commenté pour sa part.