Mise à jour 20/04/2021 9h : Notre rédaction tient à signaler que le Café La Brocante, dont les habitués ont peut-être reconnu la terrasse sur la première illustration de l’article, n’est aucunement mis en cause dans ce sujet. Nous présentons nos excuses au propriétaire de cet établissement. L’illustration de l’article est une photo-prétexte d’agence de presse.

Un restaurant clandestin a été fermé samedi soir, rue des Minimes, dans le quartier des Marolles à Bruxelles, a indiqué lundi sur Twitter la police locale de Bruxelles-Ixelles, confirmant une information diffusée par plusieurs médias. Au total, neuf procès-verbaux ont été dressés: huit de 250 euros contre des clients et un contre le propriétaire du restaurant. Pour ce dernier, l'amende s'élève à 750 euros si c'est un premier constat d'infraction, conformément aux directives établies par le collège des procureurs généraux. Ce sont des policiers qui ont remarqué des personnes sortant de l'établissement, censé être fermé. Ils ont sollicité l'aval du parquet de Bruxelles et sont entrés dans le restaurant pour constater l'infraction.


Philippe Trine, président de la Fédération Horeca Bruxelles, ne connaît pas le nombre d'établissements horeca déjà sanctionnés par la police mais il estime que ces attitudes sont marginales. "On ressent un désespoir, plutôt qu'un ras-le-bol, car les gens ne s'en sortent plus financièrement. Dans des situations désespérées, certains n'ont peut-être plus rien à perdre. Mais, vu les sanctions, je pense que les règles vont être relativement bien suivies. Si jamais vous êtes pris en flagrant délit pour la première fois, c'est 750 euros, mais vous risquez aussi de devoir rembourser toutes les aides que vous avez obtenues!", met-il en garde.

La réouverture des terrasses espérée le 8 mai, si la situation sanitaire est favorable, va être, selon lui, difficile. "Le paysage gastronomique va changer", continue Philippe Trine. "Il y aura une multitude de faillites. Des gens vont rouvrir mais n'arriveront pas à tenir, car ils vont devoir repayer les loyers, payer directement les fournisseurs et non à crédit... La reprise va être extrêmement compliquée, prédit le président de la Fédération Horeca Bruxelles.