Les manifestants - un millier selon la police de Bruxelles, bien davantage selon l'estimation d'un journaliste de l'agence Belga - se sont d'abord rassemblés au bord du Bois de la Cambre, parmi les familles venues prendre l'air dans ce poumon vert de la capitale.

Cette "European Demonstration for Freedom & Democracy" voulait dénoncer les restrictions sanitaires, jugées "liberticides" par les organisateurs, également opposés à la politique vaccinale développée en Europe.

Ces deux mobilisations n'avaient pas été autorisées en raison de l'absence de garantie au niveau du respect des règles sanitaires, selon la Ville de Bruxelles.

Les participants se sont néanmoins rassemblés à partir de 14h00 près du kiosque du Bois de la Cambre, sans respecter les consignes de port du masque et de distanciation sociale. Ils provenaient de plusieurs pays européens (Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg, Pologne et Espagne notamment), comme en témoignaient les drapeaux que certains portaient.

Les Néerlandais étaient particulièrement nombreux, dont certains portaient des parapluies jaunes porteurs de slogan comme "peace", "freedom", "amour". Mais certains d'entre eux portaient la veste de treillis de l'armée néerlandaise - voire l'uniforme complet - et un béret,. L'un d'eux, un ancien Casque bleu, a expliqué à l'agence Belga "accompagner" ses compatriotes et jouer "en quelque sorte au service d'ordre".

Les pancartes et les slogans portaient pour la plupart le même message: "ni masque, ni vaccin". Et encore moins pour les enfants, ont lancé plusieurs orateurs.

"Je ne suis un cobaye", affichait le T-shirt d'une manifestante, ornée d'une seringue barrée.

Le testing ne trouve pas davantage grâce à leurs yeux, accusé de permettre aux firmes pharmaceutiques de gonfler leurs affaires. "PCR Test = Pharma Business Plan", proclamait une pancarte. "Les masques doivent tomber", indiquait une autre.

Contre toute attente, les manifestants ont pris, peu avant 17h00, la direction du quartier européen, encadrés par un dispositif policier (canons à eau, chevaux, hélicoptère,...) important - mais discret et mobile. Une marche émaillée de quelques jets de pétards, aux cris de "liberté".

A l'arrivée du cortège à proximité du rond point Schuman, peu après 18h00, quelques tensions se sont manifestées avec les policiers qui leur barraient la route. Selon la police, quelques grenades lacrymogènes ont été tirées. Certains médias ont fait état d'une arrestation, mais la porte-parole de la police de Bruxelles Capitale-Ixelles, Ilse Van de keere, a précisé qu'il s'agissait d'une personne ivre qui a été prise en charge par les secouristes qui suivaient le cortège.

Les manifestants se sont ensuite dispersés, parfois en narguant la police mais aussi en prenant des selfies avec le barrage de policiers en arrière plan. Certains ont pris le chemin du Bois de la Cambre avant de rentrer.

Un porte-parole du collectif L'Abîme, qui organise La Boum 3, a expliqué vouloir réitérer l'expérience musicale diffusée sur les ondes de radio Vibration, tous les samedis soir afin de permettre à tout un chacun de faire la fête en de multiples endroits jusqu'à retrouver le droit de se rassembler et jusqu'à la réouverture des boîtes de nuit et des festivals.

Revivez notre direct

18h40 : Les manifestants quittent le parlement européen et se dirigent vers le cinquantenaire.La situation est redevenue calme. Plusieurs groupes se dispersent désormais et des débordements ne sont plus à attendre.

18h30 : Des militaires, venus également manifester, demandent au cortège de faire demi-tour et de quitter les lieux.

18h20 : Les manifestants sont arrivés au parlement européen où des barbelés ont été apposés aux abords du bâtiment. La situation s'envenime peu à peu puisque des jets de bouteilles sont à observer et les forces de l'ordre utilisent du gaz lacrymogènes.

17h58 : La police nous indique qu'elle ne s'attend pas à voir des débordements ce samedi dans le Bois de la Cambre et souligne que tout s'est très bien déroulé jusque'à présent malgré les nombreuses manifestations organisées.

17h46 : Le Bois de la Cambre est très calme. Les personnes présentent profitent sagement du soleil en toute décontraction et les forces de police sont très peu présentes.

17h40 : Même si tout semble se dérouler dans le calme actuellement, certains manifestants font preuve d'une rhétorique vraiment nauséabonde. L'un d'entre eux tient une pancarte qui compare la shoah à la crise sanitaire: "Joseph Mangele sitzt jetzt in parlement "

17h33: Ils sont désormais deux à trois mille à se rendre vers le Parlement Européen pour protester contre les mesures sanitaires mises en place dans la lutte contre la pandémie. La police, présente en nombre, encadre le cortège qui arpente les boulevards. Tout se déroule jusqu'à présent dans le calme.

17h30 : Quelques dizaines de personnes ont manifesté devant l'ambassade bélarusse, située avenue Molière à Ixelles, pour réclamer la libération du journaliste d'opposition Raman Pratasevich et de sa compagne Sofia Sapega, interpellés lors d'un atterrissage forcé d'un avion européen à Minsk dimanche dernier, ainsi que de l'ensemble des prisonniers politiques. Les manifestants portaient des pancartes avec des messages comme "Liberté pour Pratasevich et Sapega" et "Non aux arrestations abusives".

17h25 : Des soutiens à Jürgen Conings, le militaire qui est toujours activement recherché depuis plus d'une semaine maintenant, sont également présents dans le cortège qui se dirige vers Schuman. "C'est un héros contre la dictature sanitaire", nous glisse un manifestant.

© Giraud

© Giraud

17h10: Les corona-sceptiques quittent le Bois de la Cambre et continuent leur cortège vers le parlement européen de manière très pacifique. La police est présente mais reste très en retrait à l'heure actuelle même si un hélicoptère suit le mouvement des manifestants. Aucune Boum ne semble s'organiser pour le moment dans le parc bruxellois.

17h04 : Les deux rassemblements, qui se déroulaient de manière pacifique, avec des effectifs de police nombreux mais postés à distance du kiosque du Bois de la Cambre, ont attiré des opposants aux vaccins venus de plusieurs pays européens. Les Néerlandais étaient particulièrement nombreux, dont certains portaient des parapluies jaunes porteurs de slogan comme "peace" et "amour". Mais certains d'entre eux portaient la veste de treillis de l'armée néerlandaise - voire l'uniforme complet - et un béret, a constaté sur place l'agence Belga. Des partisans de Donald Trump sont également venus se joindre à ces rassemblements.

© Giraud

Environ 1000 personnes sont actuellement présentes dans le Bois de la Cambre. Des personnes qui viennent des Pays-Bas et de France sont également venues pour protester contre les mesures.

16h58 : Un cortège avec des opposants à la politique de vaccination et contre les mesures sanitaires se met en mouvement.

16h50 : De nombreux anti-vaccins investissent les lieux à l'aide de pancartes afin de critiquer le pass sanitaire notamment qui devrait être mis en place d'ici le mois de juillet en Europe et Belgique.

16h30 : A l'heure actuelle, aucun débordement n'est à signaler et l'on nous annonce une ambiance bon enfant même si le parc commence de plus en plus à se remplir à l'heure d'écrire ces lignes.