La diversité de publics et de circulations sur le campus en font le lieu le plus approprié pour cette phase test.

Ce vendredi, à 10 heures, le tout premier trajet en Belgique d'une navette automatisée aura lieu sur le Campus de Jette. Les chercheurs de l’ULB et de la VUB ont choisi ce campus parce qu'il leur permet d'étudier la relation entre l'homme et la machine avec un large éventail d'utilisateurs.

"Notre campus s’étend sur près de 32 hectares où circulent chaque jour des milliers d’étudiants et quelque 5 000 travailleurs. L’hôpital universitaire compte près de 400 000 consultations et plus de 30 000 hospitalisations par an, ce qui représente des centaines de patients et de visiteurs chaque jour sur le campus. Outre la Faculté de Médecine et de Pharmacie de la VUB et l’UZ Brussel, le campus abrite aussi l’Erasmushogelschool, une école primaire, une crèche, un centre de fitness, etc. Cette diversité de publics et de circulations font du campus un lieu approprié pour notre recherche: nous allons pouvoir y étudier l’acceptation des modes de transports différents, l’aménagement du territoire, l’amélioration des infrastructures et les développements techniques qui y sont associés”, détaille Lieselot Vanhaverbeke, coordinatrice du projet.

Le projet de navette s’inscrit également dans l’évolution récente de la recherche sur les véhicules à conduite autonome et le besoin croissant de mobilité durable et de véhicules électriques.

La navette automatisée sélectionnée est le modèle EZ10 du constructeur français Easy Mile. Elle peut atteindre une vitesse maximale de 15 km/h. Grâce à un système de senseurs, de caméras et de GPS, le EZ10 reconnait minutieusement son parcours et ses arrêts, tout comme de possibles obstacles ou situations inattendues sur sa route. Un “opérateur” restera à bord pour reprendre les commandes manuelles si nécessaire. Un bouton d'arrêt d'urgence et des portes à capteurs complètent l'ensemble de sécurité.