Émoi dans la communauté araméenne de Bruxelles. Des nationalistes turcs organisent pour le moment sur Facebook une contre-manifestation à l'occasion de l'inauguration, dimanche prochain à Jette, d'une stèle à la mémoire du génocide araméen de 1915.

Car les Araméens ont eux aussi été les victimes du génocide arménien dont on célèbre cette année le centième anniversaire, et ils réclament que le leur – appelé le “Sayfo” - soit spécifiquement reconnu. C'est pour cette raison que la Fédération des Araméens de Belgique et le Conseil de l'Eglise syriaque orthodoxe de Belgique et de France inaugurent le 10 mai une stèle place Cardinal Mercier à Jette. La présence de Rudi Vervoort, socialiste et ministre-président de la Région Bruxelles—Capitale y est annoncée par les organisateurs.

Un monument à la mémoire des Arméniens existe déjà à Ixelles, un autre honore les Araméens à Banneux depuis 2013. Près de 400 familles araméennes vivent à Jette, mais très peu de Belgo-turcs, plutôt concentrés à Schaerbeek et à Saint-Josse.

Le bourgmestre CDH de Jette, Hervé Doyen, plaide l'apaisement. Son chef de corps rencontre ce lundi les organisateurs de la contre-manifestation et fera ses recommandations d'ici à mercredi pour décider des mesures à prendre. “Il est hors de question d'annuler l'inauguration d'une stèle à la mémoire d'un génocide attesté par l'histoire”, nous dit Hervé Doyen. “Nous n'allons pas nous encombrer de considérations géopolitiques tenues par le gouvernement turc depuis cent ans. Il n'y a aucune agression contre la communauté turque mais comme élu de la Nation, je ne veux pas me laisser intimider”. Près de mille personnes promettent sur le compte Facebook en question de participer à la contre-manifestation.

Une minute de silence à Bruxelles-Ville, en présence de Sevket Temiz

Par ailleurs, nous apprenons qu'une minute de silence a eu lieu ce lundi au conseil communal de Bruxelles-Ville en mémoire du génocide arménien. Le bourgmestre Yvan Mayeur avait donné son accord à ce geste réclamé par le conseiller Yusuf Benhur Ergen, membre de la communauté syriaque. A noter que le député du PS d'origine turque Sevket Temiz, rappelé à l'ordre la semaine dernière par Elio Di Rupo, y a assisté.