Des dispositifs de protection sont actuellement en train d'être installés dans plusieurs établissements bruxellois. Reportage.

Alors que la première phase du déconfinement a été entamée ce lundi, le secteur de l’Horeca est dans le flou le plus total, puisqu’aucune date de réouverture des restaurants n’a encore été évoquée. Raison pour laquelle plusieurs restaurateurs ont pris les devants en imaginant des dispositifs permettant de tout de même pouvoir accueillir une partie de la clientèle dès que le Conseil National de Sécurité le permettra.

Du côté du restaurant Il Giardino, situé dans le quartier du Fort Jaco à Uccle, des vitres de protection en plexiglas ont été installées à l’intérieur de l’établissement pour séparer les tables. "Je veux faire comprendre à ma clientèle qu'elle ne court aucun risque en venant manger chez nous", explique Gatien Thiry, gérant du restaurant. "14 vitres de protections ont été installées à l’intérieur du restaurant. Côté terrasse, nous ferons en sorte de bien espacer les clients car nous avons la chance d'avoir un grand espace."

© Demoulin

Les vitres de protection ont été confectionnées par deux associés qui tiennent un labo de grands tirages photos pour expos, galerie et éditions muséales, et qui sont spécialisés dans la fabrication de plexiglas. "Notre entreprise est totalement à l’arrêt depuis deux mois et nous avons donc décidé de mettre notre expertise à profit du secteur de l’horeca, dont la situation est dramatique", explique Thierry Julliand.

C’est ainsi que le projet Social Windows a vu le jour. "Les vitres de protection ont fait leur apparition dans les commerces, et nous avons eu envie d’en produire exclusivement pour les indépendants de l’horeca. Nous réalisons donc des parois en plexi sur pieds, mais avec un cadre en bois, en soignant donc le design. De plus, nombre de restaurants bruxellois étant équipés de banquettes, nous avons créé un modèle spécifique avec un déport qui s’adapte parfaitement à ce mobilier", poursuit-il. Le prix pour une cloison revient à 150 euros.

Actuellement, plus de 2000 vitres ont été produites, dont la majeure partie est envoyée en Suisse où les restaurants ont déjà pu rouvrir. "Ces vitres font partie de la solution, et c’est une manière pour nous de soutenir le secteur de l’horeca qui est au plus mal."

A Bruxelles, d'autres restaurants comme le Bois Savanes ou la Villa Lorraine ont également fait appel à Social Windows, tandis que le Comptoir de la maison Pierre Degand (avenue Louise), est équipé de vitres depuis ce vendredi matin.

Le gérant de Il Giardino espère que ce dispositif permettra de rassurer sa clientèle au moment de la réouverture. "Nous fonctionnons uniquement en take-away depuis le début du confinement et notre perte de chiffre d’affaires est estimée à environ 70 %. Actuellement, douze de nos 14 employés sont au chômage économique et nous attendons de la part du fédéral qu’il donne des consignes claires pour nous laisser le temps de nous organiser pour la reprise", conclut Gatien Thiry. "Outre les vitres en plexiglas, nous avons également commandé du gel pour notre clientèle. Pour le reste, nous attendons les instructions du fédéral."