Bruxelles

Le gouvernement bruxellois a acté ce jeudi la démolition du viaduc Herrmann-Debroux, emprunté chaque jour par 35 000 navetteurs.

Le gouvernement bruxellois a approuvé ce jeudi l’avant-projet du futur plan d’aménagement directeur (PAD) Herrmann-Debroux/Delta qui sera mis à l’enquête publique à l’automne. Concrètement, cela signifie que le viaduc Herrmann-Debroux sera démoli pour faire place à un boulevard urbain verdurisé, avec plus de place laissée à la mobilité douce.

Cette mesure cadre avec la volonté régionale de réaménager les autoroutes entrant vers Bruxelles en boulevard urbain. C’est ainsi que l’actuel exécutif bruxellois s’est attelé à déclasser les tronçons bruxellois de l'A12 à Neder-Over-Hembeek et de la E40 à Reyers. L’avenue Charles Quint qui mène vers la Flandre fera également l’objet d’un réaménagement afin de donner plus de place aux transports publics.

L’idée de démolir le viaduc Herrmann-Debroux avait initialement été mise sur la table par le bourgmestre empêché d’Auderghem et actuel ministre de l’Emploi Didier Gosuin (Défi). “Le fait de réaménager le viaduc en boulevard urbain est un moyen de lutte contre la congestion automobile à Bruxelles et cela va améliorer le cadre de vie des habitants d’Auderghem, qui vont certes subir les conséquences du lourd chantier, mais c’est un mal pour un bien. Par ailleurs, plusieurs alternatives vont voir le jour afin d’inciter la population à délaisser leur voiture à l’entrée de Bruxelles”, explique-t-il.

Parmi les alternatives prévues : la construction d’un parking de dissuasion de 1 500 places situé du côté du centre sportif de l’Adeps, ainsi que la prolongation de 1,2 km du tram 8, qui sera prolongé en site propre de Roodebeek vers Rouge-Cloître à Auderghem.

En tout, le projet global devrait coûter près de 120 millions d’euros. “Le coût de la démolition du viaduc Herrmann-Debroux est estimé à 7,5 millions d’euros, la prolongation du tram 8 coûtera 36 millions d’euros, la construction du parking de 1 500 places est estimée à 37, 5 millions d’euros et une enveloppe de 38 millions d’euros est prévue pour le réaménagement des espaces publics”, explique-t-on du côté du cabinet du ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux publics Pascal Smet (SPA).

Le viaduc sera donc démoli une fois que le parking et que la ligne de tram seront créés, ce qui prendra environ cinq ans. La démolition devrait donc survenir dans environ dix ans. L’enquête publique sera lancée aux alentours du mois de septembre 2019.

L'espace libéré du viaduc
L'espace libéré du viaduc © DR

L'espace libéré du viaduc
L'espace libéré du viaduc © DR