Le ministre wallon de l’Economie, Willy Borsus, a réagi ce jeudi à l'adoption d'une tarification kilométrique intelligente par le gouvernement bruxellois.

Ce projet "de péage urbain" (SmartMove) que la Région de Bruxelles-capitale a présenté ce jeudi midi renvoie, selon Willy Borsus, la facture à une partie des navetteurs, aux PME et aux indépendants des autres Régions.

"Je trouve qu’il est choquant, pour ne pas dire scandaleux, de proposer en pleine crise un nouveau système fiscal qui impacte très lourdement les ménages wallons, et particulièrement les 130.000 Wallonnes et Wallons qui se rendent quotidiennement à Bruxelles pour y travailler, mais également les étudiants, les PME et les indépendants. Alors que nous nous battons tous les jours, particulièrement depuis mars dernier, pour mettre en place des mesures de soutien et préserver le pouvoir d’achat des Belges, Bruxelles se désolidarise aujourd’hui totalement et propose de charger encore davantage la barque de la crise économique", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Il estime que "des alternatives sérieuses auraient dû être opérationnelles avant de mettre en place un prélèvement fiscal."

"Par ailleurs, cette décision ne respecte pas le processus réglementaire puisque toute action d’une Région dont la mise en œuvre est susceptible de causer un dommage à une autre Région doit passer par un accord de coopération interrégional et par conséquent par une vraie concertation entre les Régions (et pas un simulacre de concertation)", indique encore le ministre wallon de l'Economie. "Je n’ai pas l’intention de laisser passer ce projet qui est d’abord un nouveau prélèvement fiscal !"

Georges-Louis, président de parti du MR, a partagé sur Twitter la réaction de Willy Borsus, avant de s'interroger sur la décision de la Région bruxelloise. "Que cherche le gouvernement de gauche bruxellois ? Détruire un peu plus la région capitale ? Faire fuir les entreprises ? Les classes moyennes et populaires n’ont pas besoin d’impôts ou de taxes en plus mais au contraire d’investissement et d’intelligence !", écrit-il sur le réseau social.


"Je jouerai pleinement mon rôle de ministre fédéral dans la concertation sollicitée par la Région bruxelloise", a assuré jeudi Georges Gilkinet jeudi, en réaction à la présentation par le gouvernement bruxellois de son projet de taxe kilométrique baptisée Smartmove. L'exécutif de la Région-capitale a exprimé son intention d'entamer une concertation avec les deux autres Régions et le Fédéral à propos de ce projet, d'ores et déjà contesté par plusieurs ministres wallons et flamands.

Le ministre fédéral de la Mobilité, Georges Gilkinet, joue la carte de l'apaisement.

"Cette concertation est une opportunité pour répondre aux questions et objections soulevées. Toutes les réalités régionales doivent être prises en compte. Je crois fortement au dialogue entre niveaux de pouvoir et en particulier avec mes collègues régionaux de la mobilité pour parvenir ensemble à une solution équilibrée", a-t-il indiqué dans un communiqué. Le ministre dit espérer que "cette concertation contribuera à faire bouger les lignes pour une mobilité apaisée".