Brèves

Le jury sera constitué lundi à la cour d’assises de Gand dans le cadre du procès d’Yves Sempundu Manzi, un Rwandais de 36 ans accusé de l’assassinat de son ancienne compagne, Grace Igiraneza, en 2010 à Gijzegem, près d’Alost (Flandre orientale). Il aurait porté plusieurs coups à la tête de celle-ci à l’aide d’un marteau. Le corps de la victime, âgée de 32 ans, a été retrouvé le 19 avril 2010 dans le hall de l’immeuble où elle vivait et où l’attendait Yves Sempundu Manzi. Celui-ci lui a alors porté plusieurs coups à la tête avec un marteau et a ensuite pris la fuite. La femme n’a pas survécu à ses blessures. L’homme s’est lui-même livré à la police locale de Termonde. Il a expliqué qu’il était parti voir son ancienne compagne afin de trouver une solution quant à l’éducation de leurs deux enfants. Il a affirmé que la victime l’avait frappé et qu’ensuite "cela a commencé à tourner dans sa tête". L’homme a reconnu qu’il avait porté au moins deux coups à la tête de sa victime avec un marteau. Selon l’expertise psychiatrique, Yves Sempundu Manzi est responsable de ses actes. La chambre des mises en accusation de Gand l’a renvoyé en janvier devant la cour d’assises. L’audience sur le fond débutera ce vendredi. (Belga)

Assises de Gand

Jugé pour avoir frappé à mort son ancienne compagne avec un marteau

Le jury sera constitué lundi à la cour d’assises de Gand dans le cadre du procès d’Yves Sempundu Manzi, un Rwandais de 36 ans accusé de l’assassinat de son ancienne compagne, Grace Igiraneza, en 2010 à Gijzegem, près d’Alost (Flandre orientale). Il aurait porté plusieurs coups à la tête de celle-ci à l’aide d’un marteau. Le corps de la victime, âgée de 32 ans, a été retrouvé le 19 avril 2010 dans le hall de l’immeuble où elle vivait et où l’attendait Yves Sempundu Manzi. Celui-ci lui a alors porté plusieurs coups à la tête avec un marteau et a ensuite pris la fuite. La femme n’a pas survécu à ses blessures. L’homme s’est lui-même livré à la police locale de Termonde. Il a expliqué qu’il était parti voir son ancienne compagne afin de trouver une solution quant à l’éducation de leurs deux enfants. Il a affirmé que la victime l’avait frappé et qu’ensuite "cela a commencé à tourner dans sa tête". L’homme a reconnu qu’il avait porté au moins deux coups à la tête de sa victime avec un marteau. Selon l’expertise psychiatrique, Yves Sempundu Manzi est responsable de ses actes. La chambre des mises en accusation de Gand l’a renvoyé en janvier devant la cour d’assises. L’audience sur le fond débutera ce vendredi. (Belga)