Brèves

Un septuagénaire est décédé mercredi matin dans l’incendie de son habitation à Ypres. Le sinistre est dû à un court-circuit, selon l’enquête menée par l’expert désigné par le parquet d’Ypres, a-t-on appris auprès de ce dernier. C’est la sœur de la victime, qui habite à côté de chez elle, qui a prévenu les pompiers car de la fumée s’était engouffrée dans sa propre maison située dans la Waterkasteelstraat. Les pompiers n’ont pas trouvé de foyer dans la maison de la femme mais ont décidé d’aller jeter un œil dans celle de la victime. "Là non plus, il n’y avait pas de feu, mais un important dégagement de fumée", a indiqué le commandant des pompiers yprois. Le feu s’était éteint de lui-même par manque d’oxygène. Peu de temps après, les hommes du feu ont découvert le corps sans vie de l’occupant, dans la pièce située à côté de la chambre à coucher. Le parquet d’Ypres a désigné un expert et celui-ci a rapidement identifié la cause du sinistre. "Sous le lit de la victime, de nombreux appareils étaient branchés à un bloc multiprises. Cela a provoqué un court-circuit et causé l’incendie." D’après le parquet toujours, le décès de la victime est dû au dégagement de gaz toxiques provenant de son matelas en feu. (Belga)

Ypres

Incendie mortel dû à un court-circuit

Un septuagénaire est décédé mercredi matin dans l’incendie de son habitation à Ypres. Le sinistre est dû à un court-circuit, selon l’enquête menée par l’expert désigné par le parquet d’Ypres, a-t-on appris auprès de ce dernier. C’est la sœur de la victime, qui habite à côté de chez elle, qui a prévenu les pompiers car de la fumée s’était engouffrée dans sa propre maison située dans la Waterkasteelstraat. Les pompiers n’ont pas trouvé de foyer dans la maison de la femme mais ont décidé d’aller jeter un œil dans celle de la victime. "Là non plus, il n’y avait pas de feu, mais un important dégagement de fumée", a indiqué le commandant des pompiers yprois. Le feu s’était éteint de lui-même par manque d’oxygène. Peu de temps après, les hommes du feu ont découvert le corps sans vie de l’occupant, dans la pièce située à côté de la chambre à coucher. Le parquet d’Ypres a désigné un expert et celui-ci a rapidement identifié la cause du sinistre. "Sous le lit de la victime, de nombreux appareils étaient branchés à un bloc multiprises. Cela a provoqué un court-circuit et causé l’incendie." D’après le parquet toujours, le décès de la victime est dû au dégagement de gaz toxiques provenant de son matelas en feu. (Belga)