Le permis d'urbanisme du complexe commercial Uplace est cassé

Le conseil flamand du contentieux des autorisations urbanistiques a cassé mardi le permis de bâtir de "Uplace", un grand complexe commercial censé s'ériger à Machelen.

Belga
Le permis d'urbanisme du complexe commercial Uplace est cassé
©BELGA

Le conseil flamand du contentieux des autorisations urbanistiques a cassé mardi le permis de bâtir de "Uplace", un grand complexe commercial censé s'ériger à Machelen. Le permis n'aurait pas le fondement juridique requis puisque le Conseil d'Etat a invalidé le plan d'aménagement du territoire régional (GRUP) sur lequel reposait le projet. Les promoteurs du projet ont annoncé en début de soirée qu'ils demanderaient un nouveau permis. Uplace avait obtenu un permis d'urbanisme en 2011 sur base d'un plan d'aménagement du territoire régional (GRUP). Mais ce GRUP avait été cassé partiellement par le Conseil d'Etat en 2014 et un nouveau a depuis lors été adopté. Selon le conseil flamand du contentieux, le permis d'urbanisme de 2011 n'est donc pas valable.

Dans l'opposition au parlement flamand, Groen et le sp.a ont appelé le gouvernement de Geert Bourgeois à tirer un trait sur ce projet. "L'entêtement du gouvernement flamand à persévérer dans de mauvaises décisions devient légendaire", a ironisé Hermes Sanctorum (Groen).

Selon les Verts, la décision du conseil du contentieux est une bonne nouvelle pour les commerçants et les habitants du Brabant flamand.

Plusieurs communes de la région, dont celle de Vilvorde, combattaient le projet.

"Le résultat, c'est que la réalisation de ce projet est nulle part", a commenté le bourgmestre de Vilvorde, Hans Bonte (sp.a), qui y voit une victoire pour tous ceux qui se soucient de la mobilité en périphérie de Bruxelles.

Le bourgmestre de Malines, et chef de groupe Open Vld au parlement flamand, Bart Somers, s'est aussi réjoui de la décision. "C'est une nouvelle décision avec un impact important sur les chances de réussite du projet", a-t-il déclaré en s'abstenant toutefois de lancer un appel aux promoteurs d'abandonner ce projet approuvé par le gouvernement régional.

Parmi les déçus, figure le bourgmestre de Machelen, Jean-Pierre De Groef (sp.a). "Il est évidemment regrettable qu'un permis soit annulé après six ans, et pas sur la base de son contenu", a-t-il déploré. "Je me demande quel employeur va encore oser prendre une initiative pour créer de l'emploi."

La satisfaction des opposants risque d'être de courte durée. Dans un communiqué envoyé en début de soirée, les promoteurs du projet ont fait savoir qu'ils allaient demander un nouveau permis. Le recours remonte à il y a quatre ans et est fondé sur des arguments dépassés, affirment-ils.

Le promoteurs font valoir les investissements qui sont prévus en matière de mobilité: liaison par bus entre Vilvorde et Zaventem, gare RER, réaménagement du boulevard de la Woluwe, voie d'accès au ring, etc.

"Avec ces nouvelles mesures, nous sommes convaincus qu'un nouveau permis d'urbanisme sera délivré dans un délai raisonnable", a déclaré la société Uplace dans un communiqué.

Uplace a tout à fait le droit de demander un nouveau permis, a réagi le ministre flamand Philippe Muyters, qui avait accordé le permis en 2011, dans l'émission Terzake de la VRT. Quant au contenu du dossier, M. Muyters ne peut rien dire car il n'a pas encore pu examiner la décision du conseil flamand du contentieux des permis, a-t-il affirmé. C'est sa collègue Joke Schauvliege qui devra se prononcer sur la nouvelle demande.