La police d'Anvers contrainte de forcer une porte pour interrompre une fête clandestine

La police anversoise a été contrainte de forcer la porte d'entrée d'un appartement mardi soir dans le quartier Eilandje afin de mettre fin à une fête clandestine.

La police d'Anvers contrainte de forcer une porte pour interrompre une fête clandestine
©Belga
Belga

Plusieurs voisins s'étaient plaints de nuisances sonores. Lorsque les forces de l'ordre sont arrivées sur place, elles ont effectivement entendu de la musique à tue-tête et des personnes en train de chanter. La police a alors frappé à la porte en se signalant, mais cela n'a eu aucun effet. A la deuxième tentative, la musique a été coupée et régnait alors un silence de mort. Comme les personnes à l'intérieur n'ont pas voulu ouvrir la porte, la police a obtenu l'aval du parquet pour pénétrer dans l'habitation, précise la police locale.

Les policiers sur place ont fait savoir aux occupants qu'ils allaient entrer de force, en expliquant que cela pourrait endommager la porte sécurisée. Comme aucune suite n'était donnée à leurs propos, une équipe d'intervention (SRT) rapide a été sollicitée pour ouvrir la porte.

Une fois à l'intérieur, la police est tombée sur quatre personnes en tenues de soirée qui donnaient l'impression de dormir. Une cinquième personne était cachée dans une armoire. Aucune d'elle ne portait un masque. Toutes les personnes présentes ont été identifiées et un procès-verbal a été rédigé.