Meurtre homophobe à Beveren: les deux mineurs placés dans un établissement fermé

Les jeunes de 17 ans et 16 ans, originaires respectivement de Verrebroek et de Kieldrecht, qui sont suspectés de l'assassinat de David P. à Beveren, ont été placés dans le centre fermé pour jeunes d'Everberg, à la suite d'une décision du juge de la jeunesse de Termonde.

Meurtre homophobe à Beveren: les deux mineurs placés dans un établissement fermé
©D.R./BELGA

Le corps de David P., originaire de Saint-Nicolas, a été découvert samedi dans un parc de Beveren, à proximité d'une ligne de chemin de fer à hauteur de la Lesseliersdreef. L'homme avait été violemment battu et tué. La victime aurait été attirée dans le parc par trois suspects grâce à l'application de rencontre Grindr.

Les suspects sont tous les trois mineurs. Le plus jeune est âgé de 16 ans et originaire de Kieldrecht (une section de la commune de Beveren), tandis que les deux autres sont âgés de 17 ans et originaires pour l'un d'Anvers et, pour l'autre, de Verrebroek (une autre section de la commune de Beveren).

Les trois jeunes se sont eux-mêmes rendus à la police ces derniers jours. Ils ont déclaré qu'ils voulaient voler la victime mais qu'ils n'avaient aucun projet d'assassinat. Le parquet a souligné que le mobile faisait l'objet d'une enquête et qu'il n'était pas encore certain qu'il s'agissait d'un crime homophobe.

Le tribunal se renseigne à présent pour savoir si les adolescents sont mêlés à d'autres dossiers. La police locale de Waasland-Noord a en effet reçu des témoignages ces dernières semaines concernant d'autres hommes homosexuels qui ont été piégés via Grindr et agressés.

Les trois hommes étaient déjà connus pour des faits de vol et vandalisme.

Lundi, le juge de la jeunesse d'Anvers avait placé le suspect anversois de 17 ans dans le centre fermé pour jeunes d'Everberg. Ses deux complices ont été placés dans la même institution par le juge de la jeunesse de Termonde, ce mardi.

Par ailleurs, la ville de Beveren annonce que les drapeaux de tous les bâtiments publics de la commune seront mis en berne les prochains jours, tandis que le drapeau arc-en-ciel sera hissé samedi. "Cette violence insensée, quelle qu'en soit la raison, est inacceptable", a lancé le bourgmestre Marc Van de Vijver. Le club de football Waasland-Beveren, également solidaire de la cause, a dit souhaiter entamer une discussion avec les organisations LGBTQ, la direction de la Pro League, les clubs de football et les autorités.