Des perquisitions massives chez PostNL après des soupçons de pratiques frauduleuses: "De l'esclavage moderne"

Un raid a eu lieu dans deux centres de dépôts de l'entreprise PostNL à Wommelgem et Malines ce lundi matin, suite à des soupçons de pratiques frauduleuses chez les sous-traitants du service postal flamand, rapportent plusieurs de nos confrères flamands.

Dès 6 heures ce matin, les services de l'inspection sociale, avec la police et la douane, ont perquisitionné le centre de dépôt de PostNL à Wommelgem. Ils ont inspecté les locaux de l'entreprise, mais aussi les fourgons ainsi que les papiers des chauffeurs. Ce contrôle résulte d'informations selon lesquelles des conducteurs sans permis et des mineurs seraient employés. Même chose, quelques heures plus tard dans le dépôt de Malignes, détaille HLN.

Les résultats des perquisitions ne sont pas encore connus, mais il y aurait 19 infractions constatées dans l'entrepôt de Wommelgem, qui est fermé pour le moment. Du travail non déclaré, et des abus de recours à des temps partiels auraient été constatés.

Le syndicat belge des ouvriers du transport (UBT-FGTB), a publié ce lundi un livre noir sur les entreprises de livraison PostNL, GLS et DPD, précise Het Nieuwsblad, dans lequel il évoque "l'esclavage moderne" que subissent les coursiers. "Ces entreprises n'emploient pas un seul chauffeur et travaillent exclusivement en sous-traitance", explique Tom Peeters, secrétaire fédéral adjoint du BTB, à nos confrères. "Les témoignages d'anciens conducteurs montrent clairement qu'ils sont les esclaves modernes de ces entreprises".

"C'est pour cette raison que la justice a intenté un procès contre Post NL et GLS. L'UBT-FGTB s'est constituée partie civile dans ce procès parce que les chauffeurs n'ont aucune voix au chapitre. En effet, ils ne sont pas des salariés de ces entreprises. Dès lors, ils ne peuvent compter que sur le syndicat pour dénoncer ces pratiques frauduleuses", ajoute encore Tom Peeters.

Ce n'est pas la première fois que PostNL est discrédité. Au moins trois contrôles ont été effectués au cours des six derniers mois.