Trois sites potentiellement pollués aux PFAS à Diest

Des valeurs élevées de substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) ont été détectées sur trois sites à Diest (province du Brabant flamand), a indiqué jeudi le conseil communal dans un communiqué de presse.

Trois sites potentiellement pollués aux PFAS à Diest
©BELGA
BELGA

Ces sites font l'objet d'une enquête complémentaire. Les habitants sont déjà invités à suivre les mesures dites "no regret" (sans regret en français) et à ne plus utiliser l'eau de puits comme eau potable par exemple. Cela concerne les résidents de la Schaluinstraat, le site de la Nijverheidslaan 13 et celui de l'ancienne caserne de pompiers à Verversgracht. La ville de Diest a également examiné les endroits où une présence accrue de PFAS est suspectée, comme l'a demandé le gouvernement flamand à toutes les autorités locales.

Une première enquête exploratoire, réalisée en juin 2021, avait révélé des valeurs élevées de PFAS sur les trois sites. Dans l'attente de plus de données au sujet la pollution, il est maintenant demandé aux habitants de se conformer à des mesures supplémentaires. "Nous avons interprété la mesure de l'agence flamande de gestion des déchets (Ovam) d'un point de vue sanitaire", explique Joris Moonens, porte-parole de l'Agence flamande des soins et de la santé (la Vlaams Agentschap Zorg en Gezondheid). "Nous conseillons aux riverains des trois sites d'observer un certain nombre de mesures de précaution, comme de ne pas utiliser l'eau de leur puits comme eau potable ou pour arroser leur potager."

"En cas d'exposition aux PFAS, aucun effet aigu sur la santé ne se produit", ajoute Moonens. "Mais ce sont des substances dont le corps ne peut se débarrasser et qui s'accumulent donc. Une exposition prolongée et répétée peut donc conduire à une augmentation des quantités de PFAS dans le corps, ce qui peut entraîner à long terme des effets sur la santé. Il convient donc d'éviter l'exposition dans la mesure du possible, et c'est à cela que servent ces précautions."

Les personnes vivant dans les zones concernées recevront un courrier avec de plus amples explications. Le conseil communal organisera en outre une réunion d'information sur le sujet le vendredi 21 janvier.

Sur le même sujet