Des pollutions aux PFAS établies sur les terrains de casernes de pompiers à Gand

Les riverains du parc de quartier De Porre à Gentbrugge (section de la ville de Gand) et de la caserne de pompiers de Heinakker (Wondelgem, section de Gand) sont invités à ne pas manger de fruits et légumes de leur jardin et à ne plus utiliser les eaux souterraines en raison de la découverte de pollutions aux PFAS.

Belga
Des pollutions aux PFAS établies sur les terrains de casernes de pompiers à Gand
©Belga

"Nous demandons aux citoyens de suivre attentivement les mesures de précaution proposées par l'Agence publique des déchets de Flandre (OVAM) et l'Agence flamande Soins et Santé", indique l'échevine gantoise de l'Environnement Tine Heyse. Après les révélations autour d'une pollution aux PFAS à Zwijndrecht, les autorités flamandes ont demandé à toutes les villes et communes de rechercher les zones polluées, en particulier les zones d'entraînement de pompiers et les casernes, car la mousse anti-incendie contient souvent des PFAS. Des contaminations du sol ont été identifiées sur trois sites à Gand, à savoir la caserne de pompiers de Heinakker (Wondelgem), l'ancienne caserne de pompiers de Gentbrugge (aujourd'hui parc de quartier De Porre) et l'école de pompiers de Mendonk.

Il est déconseillé aux riverains qui habitent dans un périmètre de 500 mètres autour du parc de quartier De Porre d'utiliser les eaux souterraines sauf pour les chasses d'eau ou le rinçage des terrasses. Ceux qui vivent plus près, dans un périmètre de 100 mètres, ne doivent pas non plus manger de légumes, de fruits ou d'œufs de leur propre jardin.

L'ancien bâtiment des pompiers est actuellement utilisé entre autres (...) pour des ateliers, des expositions et des séances de sport. On peut continuer les activités sur ce site s'il est nettoyé régulièrement, ce qui a déjà été fait.

Le même conseil s'applique aux habitants autour de la caserne de pompiers de Heinakker à Wondelgem. Quant à l'école de pompiers de Mendonk, il n'y a pas d'habitation aux abords directs.

"Des études complémentaires sont nécessaires sur tous les terrains. La ville de Gand met tout en œuvre pour accélérer le processus. Un expert en assainissement des sols effectuera cette semaine des recherches supplémentaires à Gentbrugge. Wondelgem suivra dès que possible", indique encore l'échevine Tine Heyse.

Sur le même sujet