L'ancienne directrice de crèche de Mariakerke également placée sous mandat d'arrêt

La femme qui dirigeait la crèche 't Sloeberhuisje dans la commune de Mariakerke à Gand, où une fillette de six mois a été mortellement blessée en février dernier, a également été placée sous mandat d'arrêt. C'est ce qu'a décidé le juge d'instruction de Gand chargé du dossier.

Belga
L'ancienne directrice de crèche de Mariakerke également placée sous mandat d'arrêt
©Shutterstock

Le bébé de six mois a succombé le 18 février à ses blessures, qu'il aurait subies à la crèche. La veille, l'hôpital universitaire de Gand (UZ Gent) avait averti le parquet qu'un bébé avait été admis avec un grave traumatisme crânien, occasionné dans des circonstances peu claires. Le bébé avait été hospitalisé en urgence après un appel de la crèche 't Sloeberhuisje.

Le parquet de Flandre orientale avait désigné un médecin légiste et le juge d'instruction avait fait poser des scellés sur la crèche.

Une enquête avait abouti sur l'interpellation de trois responsables de l'institution: la gérante, Davina V., son père, Roxan V., et une collaboratrice. Cette dernière avait pu disposer car elle n'aurait pas été impliquée dans les faits. L'exploitante avait été libérée sous conditions mais inculpée d'homicide involontaire. Le père de la gérante avait, lui, été placé sous mandat d'arrêt pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Mardi, Davina V. a, à nouveau, comparu devant le juge d'instruction de Gand et elle a bien été placée sous mandat d'arrêt. Le parquet confirme l'arrestation sans entrer dans les détails.

D'après l'autopsie, l'enfant présentait le syndrome du "bébé secoué". Roxan V. a démenti avoir malmené la victime. Il ressort de rapports d'inspection concernant la crèche, depuis 2015, que des parents avaient reproché au père de la gérante, qui était accompagnateur dans la crèche, une certaine violence physique envers les petits pensionnaires. Sa fille avait toutefois rejeté ces accusations. Davina V. a fermé la crèche après le décès du bébé et, cette semaine, Kind & Gezin, l'organisme de la petite enfance en Flandre, a supprimé la licence de l'institution, après l'avoir déjà suspendue.

L'affaire avait fait grand bruit en Flandre. Le ministre flamand de la Santé et du Bien-être, Wouter Beke, avait indiqué dans la foulée de sa démission le mois dernier que le décès du bébé dans cette crèche l'avait touché "plus qu'il ne voulait l'admettre au monde extérieur".