Jusqu'à 9 ans de prison requis pour des attaques à la grenade à Anvers

Une énième violence liée au milieu de la drogue à Anvers.

Jusqu'à 9 ans de prison requis pour des attaques à la grenade à Anvers
©Shutterstock

Le ministère public a requis mercredi neuf ans de prison contre Mohammed C. Avec Farhan B. et Imrane E.L., il aurait ordonné trois attaques à la grenade dans le milieu de la drogue à Anvers. Pour ces derniers, huit ans de prison ont été requis. Les communications interceptées de SKY ECC ont donné un coup de pouce à l'enquête. Dans la nuit du 9 au 10 juin 2020, une attaque a été commise dans le district anversois de Deurne. Les images de vidéosurveillance montrent un homme à vélo qui s'approche avant de s'emparer d'un objet dans sa poche. Quelques instants plus tard, une grenade a explosé sous une voiture en stationnement appartenant à la famille B.

La nuit suivante, une deuxième attaque à la grenade a eu lieu à Saint-Nicolas (Flandre-orientale). La victime visée était un ami de la famille B. L'attaque a été perpétrée par deux personnes sur un cyclomoteur.

Dans la nuit du 15 au 16 juin 2020, une grenade a été lancée à l'entrée d'une école de danse située à Deurne et gérée par la famille B. Les auteurs se déplacaient dans une Mercedes blanche.

Plusieurs membres de la famille B. sont connus pour être actifs dans le trafic de drogue, selon le procureur. Les communications interceptées par le service de messagerie crypté SKY ECC ont montré que le motif des attaques était un conflit concernant un lot de cocaïne. Une partie de la drogue avait été volée lors d'un transport dans le port d'Anvers.

Il est apparu, via les communications interceptées, que Mohammed C., Farhan B. et Imrane E.L. étaient les principaux responsables des attaques. Avec eux, sept autres accusés sont jugés pour avoir servi d'intermédiaires, aidé à trouver les auteurs des attaques ou participé aux préparatifs. Certains d'entre eux sont également poursuivis pour trafic de drogue. Des peines de prison allant de 18 mois à six ans ont été requises à leur encontre.