"N'étouffez pas les crèches": des groupes d'action exigent un plan d'investissement dans la garde d'enfants en Flandre

Les groupes d'action réclame de la part du gouvernement flamand un plus gros investissement dans la garde d'enfants.

"N'étouffez pas les crèches": des groupes d'action exigent un plan d'investissement dans la garde d'enfants en Flandre
©Shutterstock

Le gouvernement flamand n'investit pas suffisamment dans la garde d'enfants, ont souligné les groupes d'action "First 1.000 days" et "Crisiskabinet Kinderopvang" lors de manifestations mercredi après-midi à Bruxelles, Gand et Louvain. Parents, grand-parents, éducateurs et directeurs de crèches demandent ensemble de participer à l'élaboration du plan d'investissement pour la garde des enfants.

Plus d'une centaine de manifestants se sont réunis mercredi à 16 heures dans le parc Gaucheret à Schaerbeek. Ils ont exprimé leur mécontentement en brandissant des banderoles avec des slogans tels que "La coupe est pleine, changez de politique" ou encore "N'étouffez pas les crèches". Des actions similaires ont eu lieu à 18 heures à Gand et à Louvain.

Les groupes d'action exigent un "Plan Marshall" pour une garde d'enfants de qualité. Ils insistent sur la reconnaissance de l'importance pédagogique des 1.000 premiers jours de la vie d'un enfant. Ils souhaitent par ailleurs qu'un éducateur s'occupe de cinq enfants en même temps et non plus neuf, comme c'est le cas actuellement, et exigent des investissements structurels. Les 115 millions d'euros débloqués par le gouvernement flamand sont insuffisants et arrivent trop tard, selon eux.

"Si vous voulez prendre plus de mesures, il faut investir davantage et cela commence par reconnaître que nous sommes face à une crise majeure de la garde d'enfants et que celle-ci ne concerne pas seulement quelques crèches situées dans les villes", déclare Heleen Struyven du Crisiskabinet Kinderopvang.

La campagne précédente pour une meilleure garde d'enfants date du mois d'avril. Elle a été suivie début juin par une réunion avec la ministre flamande du Bien-être Hilde Crevits lors de laquelle il a été convenu que les groupes d'action seraient invités à l'élaboration du plan d'investissement. Jusqu'à présent, ceux-ci n'ont pas été conviés.