Flandre Devoirs, activités, sorties : l’association se consacre aux enfants.

Basée à deux pas du complexe sportif de Bernissart, la cité du Préau a connu quelques heures plutôt sombres. Mais elle est aussi le théâtre d’initiatives très positives.

Ainsi, l’ASBL Animation Préau encadre les enfants issus de la cité mais aussi de l’extérieur. Elle accueille une bonne quinzaine d’enfants par séance et au total, une quarantaine y sont inscrits. Bricolage, atelier culinaire : les animations ne manquent pas. L’ASBL, qui possède sa propre chorale, prend part aussi à l’opération Pour une Wallonie plus propre et participe activement avec le PCS à l’organisation de la fête des voisins.

Début des années nonante, l’arrivée des sœurs missionnaires dans la cité marquera la création d’une école des devoirs. Au fil du temps, l’ASBL Animation Préau a élargi son champ d’action. "Nous organisons l’école des devoirs le lundi, le mardi et le jeudi tandis que le mercredi et le vendredi, nous proposons des activités. Nous voulons faire découvrir le patrimoine aux enfants", explique Zahra Es-Salhi, animatrice.

Un jeu destiné aux plus petits

Ainsi, une sortie à la machine à feu de Bernissart a par exemple été programmée avec le concours d’un représentant de la Fondation rurale de Wallonie. Les enfants ont aussi découvert l’originalité des crêtes à cayaux. "En 2019, nous aimerions aller faire un tour du côté du parc naturel, à l’escale forestière. Et puis, nous irons aussi au musée de l’iguanodon", poursuit Zahra.

L’association a ses locaux à la Maison du Préau, rue des Tilleuls, une structure qui englobe aussi l’AMO Graine et Lire et Écrire. "Nous nous adressons aux 6-12 ans, AMO Graine aux ados et Lire et Écrire aux adultes", précise l’animatrice.

Subsidiée par l’ONE et soutenue par la commune de Bernissart et la société de logements L’Habitat du Pays vert, Animation Préau reçoit aussi un coup de pouce de Vivre Ensemble, qui a récemment mis l’ASBL à l’honneur. L’association va pouvoir installer un jeu destiné aux plus petits sur la plaine. "Car notre objectif serait de pouvoir aussi développer des actions pour les 0 à 6 ans", conclut Zahra Es-Salhi.