Les électeurs de la commune de Bilzen, dans le Limbourg, sont convoqués pour la troisième fois en huit mois ce dimanche après l'invalidation par le Conseil d'Etat du précédent scrutin local. 

La tension est palpable dans la commune où le Vlaams Belang a réalisé 21,30% des voix aux dernières élections flamandes du 26 mai, à peine moins que la N-VA. Si ces scores venaient à être confirmés, le cordon sanitaire pourrait être mis sous pression. "C'est animé à Bilzen. La campagne a été très intense", confirme le bourgmestre libéral flamand Bruno Steegen (liste Beter Bilzen). Il évoque un certaine lassitude de l'électeur. Les figures de proue de plusieurs partis politiques ont effectué le déplacement à Bilzen au cours des derniers jours, par crainte du score du Vlaams Belang.

L'organisation d'un nouveau scrutin intervient après une plainte de l'ancien bourgmestre Johan Sauwens (liste Trots op Bilzen).

Le Vlaams Belang qui n'avait récolté 'que' 9% des voix en octobre espère rééditer son score obtenu localement le 26 mai (21,30%). Il entend briser le cordon sanitaire. Sa tête de liste est la députée Annick Ponthier.

En octobre, la coalition N-VA-Beter Bilzen (libérale)-Bilzen Bruist (socialiste) avait été reconduite malgré la confirmation par Trots op Bilzen (CD&V) de son statut de première liste.

Saisi par Johan Sauwens, le Conseil d'Etat a fait état d'irrégularités qui ont pu influencer la répartition des sièges. Dans plusieurs bureaux, le nombre de suffrages ne correspondait pas au nombre de votants. Le bourgmestre Steegen ne s'est pas pourvu en cassation.