Flandre

Le président de la N-VA Bart De Wever a jugé indéfendable mercredi, dans un entretien publié sur le site internet du magazine d'information Joods Actueel, le char caricaturant des juifs orthodoxes assis sur des sacs d'or lors du carnaval d'Alost, tout en considérant que l'intention première n'était pas antisémite.

"La culture du carnaval d'Alost est unique au monde mais ces caricatures juives sont historiquement très chargées. Je comprends les réactions choquées au sein de la communauté juive et à l'étranger. C'est indéfendable", déclare M. De Wever, dix jours après les faits.

"Ces représentations sont des caricatures qui rappellent la pire période de notre mémoire collective", selon Bart De Wever. "Il est regrettable de recourir à de telles représentations à une époque où l'antimistisme est en augmentation. Même si l'intention n'était certainement pas antisémite, il est dommage que des gens ne se rendent pas compte qu'il existe un destinataire à chaque message", a-t-il ajouté.

Le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese, N-VA comme lui, avait également affirmé qu'"il n'(avait) jamais été question ici d'offenser les Juifs".

Pour son président de parti, le char de la société carnavalesque Vismooil'n a toutefois été trop loin. Il a suscité de nombreuses critiques, notamment de la part de la Commission européenne, de l'Unesco et de la communauté juive. Le Centre Simon Wiesenthal, organisation juive dont le siège central est aux Etats-Unis, a même envisagé un départ de l'industrie diamantaire anversoise, où la communauté juive est très impliquée.

De son côté, le centre pour l'égalité des chances Unia avait annoncé une médiation cette semaine entre l'administration communale alostoise et la communauté juive.