Les manifestations publiques sont surveillées par des forces spéciales.

À Charleroi, la police locale et ses différents services ne prennent pas de vacances pour permettre à la population de vivre pleinement cette période estivale. "C’est certes l’été mais nous devons réaliser notre travail de protection toute l’année", explique David Quinaux, porte-parole de la zone de police de Charleroi. "Les missions du 101 se poursuivent tout au long de l’année. Avec les Big Five, la police doit évidemment être présente afin de garantir la sécurité de tout un chacun."

Une analyse de risque préalable

Afin de déterminer les dispositifs à affecter aux missions, il est nécessaire d’avoir l’analyse de risque de la direction des opérations. Pour cette analyse, il faut passer par l’Ocam (Organe de coordination pour l’analyse de la menace). À Charleroi, les grands événements comme le carnaval et le quartier d’été sont considérés comme des soft targets, autrement dit, des cibles possibles. Étant donné que la première mission de la police locale est le maintien de l’ordre public, plusieurs services travaillent de concert. Les équipes de proximité font bien entendu partie du dispositif. Elles sont aidées par le peloton de sécurisation de l’ordre public (le PSO) et des brigades pédestres avec chien. Outre ces équipes de terrain, il y a les grands spécialistes de la discrétion et de l’intervention rapide, une équipe QRT (Quick Response Team) du Groupe de sécurisation et d’appui (GSA). Il s’agit d’une unité spéciale de la police locale. Comme il n’est pas toujours possible de faire intervenir les unités spéciales de la police fédérale, la police locale de Charleroi possède sa propre section d’élite.

Une équipe discrète et efficace

Cette équipe de spécialistes a la particularité d’être très discrète de par son attitude, sa manière de circuler et de se vêtir (entre uniforme et vêtements civils). Les hommes de cette section sont particulièrement bien entraînés, circulent à bord de véhicules très puissants, sont lourdement armés et peuvent intervenir sur le terrain en une minute. Si le terrain est plus que largement occupé par les quelque 950 agents de la police et ce, 24 heures sur 24. Il faut compter aussi sur la sécurisation routière, car qui dit grand rassemblement de personnes dit afflux massif de véhicules aux mêmes endroits.