Le parc national des "Hoge Kempen" a été fermé ce mercredi en début d’après-midi, le suspect J.C. pourrait y être retranché. Le militaire pourrait toujours être en possesion de 2 armes selon HNB. Un hélicoptère de la police fédérale survole actuellement le Parc national des "Hoge Kempen", une réserve naturelle de plus de 12 000 ha de forêts.

La voiture du suspect a été retrouvée

Les services d'ordre ont été occupés jusque 4h30 du matin mercredi à tenter de dégager du domaine de Heuvelsven à Dilsen-Stokkem (province du Limbourg) la voiture d'un homme lourdement armé suspecté de vouloir s'en prendre au virologue Marc Van Ranst. Le véhicule de cet ancien militaire de 46 ans a été retrouvé mardi soir dans ce domaine. Des agents de police des unités spéciales ainsi que les services d'enlèvement et de destruction d'engins explosifs (SEDEE) ont fouillé la voiture et établi une zone de sécurité aux alentours. "Des armes lourdes ont été découvertes dans le véhicule mais l'homme reste recherché", a précisé le parquet fédéral ce mercredi matin. Mais il est suspecté que le militaire se déplace toujours lourdement armé, notamment avec un lance-roquettes et une mitraillette.

Vers 3h00 du matin mercredi, une dépanneuse est arrivée pour emmener le véhicule hors des bosquets. Deux heures plus tard, le personnel des laboratoires et des services de déminage encore présent a quitté les lieux, suivi par la dépanneuse et la voiture incriminée.

Une fois le véhicule emmené, la zone de sécurité a été levée.

© BELGA

Marc Van Ranst et sa famille placés en lieu sûr

La personne recherchée aurait notamment menacé le virologue flamand Marc Van Ranst. L'expert et sa famille ont donc été placés en lieu sûr, a confirmé Van Ranst à Belga.

L'homme en fuite aurait également, selon Het Laatste Nieuws, menacé, ces dernières semaines, de s'en prendre "au système" et à l'armée. C'est pour cela que plusieurs casernes, notamment celles de Schaffen et de Leopoldsburg, sont fermées pour le moment, et les militaires ne peuvent en sortir.

Sur la liste terroriste de l'OCAM, qui place le niveau de menace à 4

Selon le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld), l'homme figure sur la liste des terroristes de l'OCAM (Organe de coordination pour l'analyse de la menace terroriste) en raison de ses sympathies avec l'extrême droite. "L'homme représente une menace grave", a ajouté le ministre sur VTM Nieuws ce mardi soir.

"Il s'agit d'un homme d'une quarantaine d'années qui a reçu une formation militaire", a également précisé le porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Duyse. "On craint qu'il ait l'intention de commettre un acte de violence, contre lui-même ou contre d'autres personnes, mais les cibles exactes possibles ne sont pas encore claires."

L'OCAM a placé mercredi le niveau de menace à quatre, soit le plus élevé. Pour la Belgique dans son ensemble, l'analyse de l'OCAM reste inchangée, soit au niveau 2 (moyen). L'organe a estimé que le niveau de la menace que représente le fugitif était très élevé. Le niveau 4 ou "très grave" signifie que la menace est "sérieuse et imminente".

L'Ocam effectue différents types d'analyses de la menace. Les analyses ponctuelles, comme celle-ci, concernent des événements ou personnes spécifiques. En parallèle, l'organe évalue la menace générale qui pèse sur le pays et celle-ci reste inchangée, à un niveau 2 ou moyen.

Une lettre d'adieu

Selon le journaliste de VTM Nieuws Faroek Özgünes, le militaire aurait laissé une lettre d'adieu dans laquelle il annonce se retourner contre l'Etat et les virologues. Dans sa lettre, l'homme écrit qu'il continuerait à s'opposer aux politiciens et aux virologues, et ce au péril de sa vie. "La lettre est prise très au sérieux", a déclaré notre confrère qui se demande comment l'armée a engagé l'individu recherché. "Maintenant, vous avez un soldat en fuite qui prend les armes contre l'État, ce qui le rend très dangereux. À ma connaissance, c'est la première fois que cela se produit. Ce qui rend la situation si dangereuse, c'est que l'homme est entraîné à utiliser ses armes. Il connaît l'environnement, a déjà donné des cours sur la survie dans la nature et connaît les tactiques nécessaires. S'il se cache dans les bois, il ne se rendra pas simplement", conclut Faroek Özgünes.