Flandre

De Lijn a lancé une enquête après une plainte d'un passager à l'encontre d'un chauffeur, qui aurait fait preuve de racisme à l'encontre d'une adolescente coincée par la porte d'un bus.

 "De Lijn ne tolère pas le racisme", a insisté lundi la porte-parole de la société flamande de transport en commun. "Nous voulons donner la parole au chauffeur et entendre son point de vue. Une enquête technique sur les portes est également en cours", a-t-elle précisé. Selon le plaignant, l'incident a eu lieu mercredi dans un bus au centre de Gand. "Les passagers sortaient par l'arrière et une fille allochtone, d'environ 15 ans, a eu le bras coincé par la porte qui s'est refermée très vite sur elle", a relaté le témoin sur les réseaux sociaux. "Les voyageurs sur le quai ont prévenu le chauffeur et lui ont demandé de rouvrir la porte."

Mais, d'après le narrateur qui a envoyé une plainte à De Lijn, le chauffeur a continué à regarder en silence alternativement son tableau de bord et son rétroviseur. Comme les passagers le sommaient d'agir, il a fini par ouvrir la porte en affirmant: "elle doit retourner dans son pays".

De Lijn a ouvert une enquête interne. "Nous prenons cela très au sérieux. Nous attendons de nos voyageurs et chauffeurs qu'ils montrent du respect pour chacun", a réagi la porte-parole de l'entreprise. "L'enquête prendra un peu de temps. Nous voulons donner la parole au chauffeur et entendre son point de vue. Une enquête technique sur les portes est également en cours. Elles sont équipées d'un mécanisme de sécurité, grâce auquel elles doivent normalement se rouvrir automatiquement. Peut-être les capteurs n'ont-ils pas correctement fonctionné, mais cela doit encore être examiné."