Un collectif de mamans de jeunes toxicomanes a développé une idée pour perturber les activités des trafiquants.

Le collectif anversois "Mères contre la drogue", qui regroupe des mamans de jeunes toxicomanes, a développé une idée innovante pour perturber les activités des trafiquants de drogue : un logiciel robotisé (ou bot) qui envoie des SMS afin d’engager ceux-ci dans des conversations avec des clients qui ne mènent à aucune transaction.

Déstabiliser les dealers

D’après les membres de ce groupe, les dealers envoient régulièrement des SMS promotionnels aux numéros de téléphone repris dans leur vaste base de données, qui comprend à la fois des clients et des clients potentiels. "Une fois que votre numéro se retrouve dans une telle base de données, vous êtes bombardé de messages presque tous les jours", déplorent les mères. Les toxicomanes sont ainsi incités à consommer davantage, tandis que ceux qui veulent se sevrer sont en permanence tentés. Le "Dealerbot" veut déstabiliser ce système en arrangeant des rendez-vous sans qu’aucun client ne se présente, et en gardant les trafiquants en ligne pendant des heures. "Lorsqu’un dealer reçoit un SMS, il ne sait pas si c’est un client ou une perte de temps et il est donc quand même obligé de téléphoner. Et il est plus facilement traçable pour la police", explique le collectif.

L e bourgmestre d’Anvers, Bart de Wever (N-VA), comprend l’idée. Mais, si les parents et anciens toxicomanes sont invités à collaborer avec la police, "c’est autre chose de se connecter en ligne directe avec le milieu criminel", a réagi samedi son porte-parole. "Notre première préoccupation avec ce Dealerbot est la sécurité et le bien-être des initiatrices. C’est donc une bonne chose qu’elles aient pris contact hier (vendredi, NdlR) avec la police locale. Nous allons demander à nos services de police de voir comment cette initiative peut contribuer en toute sécurité à notre politique anti-drogue", a-t-il ajouté. (Belga)