Un homme, âgé de 21 ans, est décédé samedi soir après être tombé de la fenêtre d’un hôtel dans le centre d’Anvers, a indiqué dimanche matin le parquet. Le jeune homme tentait d’échapper à un contrôle de la police pour une fête clandestine (lockdown party).

La police est intervenue aux alentours de 4 heures du matin dans un hôtel de la Meistraat à Anvers après plusieurs appels pour nuisance sonore dans une chambre située au dernier étage de l’établissement, a indiqué le parquet. Le personnel de l’hôtel avait préalablement tenté d’interpeller les clients, mais en vain.

Lorsque la police est arrivée, les huit personnes présentes ont tenté de se cacher. Un jeune homme, originaire de Deurne, s’est faufilé par la fenêtre et est tombé.

Les inspecteurs de police présents ont tenté de réanimer la victime avant l’arrivée des services de secours, mais sans succès. Un service d’aide aux victimes a été proposé aux personnes présentes lors de l’incident, dont la plupart se trouvaient en état de choc. Le parquet va désigner un juge d’instruction afin de faire la lumière sur les circonstances exactes du décès.

Bart De Wever "sous le choc"

"Je suis choqué par la mort d’un jeune Anversois hier soir, a réagi le bourgmestre Bart De Wever (N-VA). Je tiens à exprimer mes condoléances à sa famille et à ses proches. L’enquête judiciaire sur ce terrible événement est en cours." Le bourgmestre d’Anvers constate que depuis le début des contrôles pour des lockdown parties les fêtards tentent d’échapper aux forces de l’ordre. "C'est pourtant dans l'intérêt général que les services de sécurité interviennent et ils sont là pour nous aider au besoin", souligne l'élu nationaliste. "Les policiers de tout le pays ont prouvé au cours de l'année écoulée qu'ils travaillaient avec professionnalisme et intégrité dans des circonstances exceptionnelles. La mort d'une personne si jeune nous confronte douloureusement aux conséquences sur le bien-être mental, en particulier des jeunes, de longues périodes de confinement. J'espère qu'un débat social à ce sujet pourra être mené en toute sérénité."

La police anversoise a, en effet, mis fin, samedi soir à Borgerhout, à une autre lockdown party à laquelle participaient seize personnes dont quatre enfants. Une femme a tenté de s’enfuir en sautant par la fenêtre, mais elle s'est blessée à l'épaule. Lors du contrôle de la police, l'une des personnes présentes à la fête a prétendu devoir aller aux toilettes. Elle a alors tenté de s'échapper en sautant par la fenêtre, mais elle s'est fait mal en atterrissant dans la cour du voisin. Les agents ont donc appelé une ambulance. La femme semble souffrir de blessures mineures.

Vendredi soir, deux personnes ont sauté du toit pour échapper à la police intervenue lors d’une soirée à Dilsen-Stokken dans le Limbourg. Une dizaine de personnes ont été prises en flagrant délit, a fait savoir dimanche la police locale.

Un an après Adil

La mort de ce jeune à Anvers survient un an jour pour jour après celle d’Adil, dans la commune bruxelloise d’Anderlecht. Adil, 19 ans, voulait fuir un contrôle de police. Poursuivi par une patrouille de police, il a été percuté à mort par un véhicule des forces de l’ordre. Au lendemain des faits, des échauffourées avec la police ont éclaté.

Ce week-end, les proches d’Adil ont publié une "lettre ouverte " réclamant que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort du jeune homme. La chambre du conseil de Bruxelles traitera le dossier le 20 avril.

Le 26 novembre, le parquet de Bruxelles avait annoncé que, devant la chambre du conseil, il demanderait un non-lieu " notamment du conducteur du véhicule d e police" . De son côté, la famille d’Adil a l’intention de demander des devoirs d’enquête complémentaires.