L'organisation patronale de Bruxelles, Beci) espère se mettre rapidement à table avec le nouveau ministre flamand en charge des affaires bruxelloises Benjamin Dalle (CD&V) "pour travailler à de véritables solutions" pour la Flandre et Bruxelles. 

Dans l'accord de gouvernement, Beci voit notamment le paragraphe sur l'aéroport de Zaventem d'un oeil méfiant. L'accord de gouvernement flamand avance entre autres que Bruxelles joue un rôle important dans l'économie flamande, avec plus de 200.000 navetteurs flamands qui s'y rendent chaque jour pour renforcer l'économie de la capitale.

"Cela signifie qu'il faut parler de Bruxelles d'égal à égal et non avec une attitude condescendante. Ayons un peu plus de respect l'un envers l'autre. La Flandre ne laisse pas tomber Bruxelles, mais cela signifie aussi que la Flandre a besoin de Bruxelles. Et, Bruxelles ne veut pas non plus lâcher la Flandre", insiste Jan De Brabanter, secrétaire général de Beci.

Malgré la reconnaissance de Bruxelles comme "moteur économique majeur" par la Flandre, Beci estime que l'accord de coalition ne comporte pas assez d'impulsions économiques ou d'ambitions pour Bruxelles et la périphérie flamande. Beci s'attendait par exemple à davantage d'avancées dans le paragraphe dédié à l'aéroport de Zaventem.

"La répartition équitable des impôts, une loi sur le vol équitable, la viabilité de la région et de nouvelles opportunités de croissance pour l'aéroport ne nous font pas avancer d'un iota. Le peu de courage politique pour trouver de vraies solutions pour Brussels Airport, on ne le retrouve pas dans les textes", note M. Brabanter.

À présent que le gouvernement flamand connaît le nom de son ministre bruxellois, Beci espère donc une consultation plus large et plus efficace sur les questions qui concernent les deux Régions.

Partant du constat selon lequel l'économie, la mobilité et l'emploi ne s'arrêtent pas aux frontières des dix-neuf communes, ni à la frontière avec la Flandre, Beci souhaite donc pouvoir rencontrer rapidement le nouveau ministre bruxellois Benjamin Dalle pour travailler avec lui sur des solutions concrètes.