Huit personnes d'origine irakienne ont été retrouvées saines et sauves dans un transport réfrigéré au port de Zeebrugge, a indiqué vendredi la section brugeoise du parquet de Flandre occidentale

 Ils ont été découverts jeudi peu après midi dans la zone de transport du port de Zeebrugge. "Le système de refroidissement était activé et devait garder la cargaison à une température comprise entre 0°C et 6°C", explique le procureur Frank Demeester.

Les huit migrants ont été emmenés dans les locaux de la police de la navigation, où celle-ci a procédé à un traitement administratif. Les agents ont également essayé de déterminer qui était responsable du transport. "Une enquête est en cours sur les suspects et sur l'endroit où les individus étaient cachés dans le conteneur réfrigéré."

Jeudi soir, la police de la navigation et la police locale de Bruges ont mené dans les environs du port une action qui a débouché sur l'arrestation administrative de 14 migrants originaires d'Algérie, du Maroc, de Tunisie et de Libye. L'un d'entre eux était en possession d'un spray lacrymogène. Un procès-verbal a donc été dressé pour détention illégale d'arme. Quelques-uns étaient arrivés à Zeebrugge en tram avec l'intention de s'introduire dans le port pendant la nuit. Les enquêteurs cherchent aussi à savoir si un groupe de passeurs amène les migrants séjournant dans d'autres municipalités côtières vers le port de Zeebruges.

Vendredi matin, quatre migrants érythréens et quatre autres palestiniens ont encore été découverts dans la zone portuaire, dont un pour la troisième fois. Il comparaîtra prochainement devant le tribunal correctionnel.

Les intrusions dans le port sont en général punies d'une peine allant jusqu'à six mois d'emprisonnement assortie d'une amende de 800 euros par la juridiction brugeoise.