Des initiatives locales d'accueil supplémentaire verront par contre le jour. "Les personnes qui ont bouté le feu ne gagneront pas", assure Sammy Mahdi. Le 10 novembre 2019, des inconnus avaient bouté le feu à un bâtiment qui devait accueillir 140 demandeurs d'asile à Bilzen. Aucun blessé n'avait été déploré mais les dégâts matériels avaient été très importants, sans parler de l'émoi suscité par un acte aux relents xénophobes. L'enquête sur cet incendie volontaire est toujours en cours.

Les besoins de capacités d'accueil supplémentaires ne sont plus aussi importants aujourd'hui, ce qui explique, avec son coût, l'abandon du projet de centre d'asile à Bilzen.