La vidéo de l'interpellation de Franky Vlieghe a fait le tour des réseaux sociaux ce week-end. On y voit le skateur, âgé de 39 ans, dans une discussion plutôt animée avec un policier venu lui ordonner de mettre un masque. "La police vient contrôler le site quasi tous les jours. Cela se passe toujours de manière conciliante et aimable, de part et d’autre", raconte l'habitant de Tielt au Laatste Nieuws, "Mais samedi, j’ai dû en découdre avec deux agents administratifs qui voulaient me forcer à porter le masque alors que j’étais juste en train de respirer un peu entre deux tours sur mon skate pour boire de l’eau".

Pour Franky Vlieghe, la remarque des agents n'était pas justifiée car il était en train de faire du sport, et le masque n'est pas obligatoire lors de la pratique sportive. "Donc pas non plus quand on fait du skate", martèle le trentenaire, qui avoue avoir donc ignoré les demandes des agents de la ville, à qui ce comportement n'a pas plu et qui ont fini par appeler la police. Un motard de la police arrive ensuite sur les lieux, et les choses s'enveniment. "Il m’a à son tour sommé de porter le masque. Son ton ne m’a pas plu et je lui ai demandé pourquoi. Pour être honnête, je ne suis plus trop les infos depuis un moment. J’en ai ras-le-bol de toute cette histoire de coronavirus et je n’étais donc pas au courant de ce qu'on devait faire de plus", relate encore Franky Vlieghe, qui, à cet instant, refusait encore de mettre son masque.

Devant son refus d'obtempérer, le policier réclame la carte d'identité du skateur, qui finit par la lui tendre après quelques protestations. Franky Vlieghe explique ensuite ce qui a déclenché sa colère: "Lorsque je la lui ai finalement donnée et qu’il l’a examinée, il a été particulièrement dénigrant: ‘Tu as presque 40 ans et tu es toujours sur ton skateboard. Quel gamin’, m’a-t-il lancé. Je n’en croyais pas mes oreilles. Depuis quand y a-t-il une limite d’âge pour faire de la planche? Peu après, il m’a traité de ‘sale rat gauchiste’".

Si le skateur reconnaît qu'il n'a pas été tendre avec l'agent de police, il maintient que ce dernier a tout de même dépassé les bornes, lui aspergeant notamment du spray au poivre dans les yeux à deux reprises. "Je l’ai traité de nazi et de fasciste, simplement à cause de son comportement. J’assume toujours mes propos, mais je comprends que ça soit assez mal passé. J’étais furieux à cause de cette situation. Il n’a pas fallu une seconde pour qu’il me frappe. C’est illégal, mais c’est bel et bien arrivé. Et ça, je ne peux pas l’accepter”, se défend-il, "Je ne suis pas un enfant de chœur, mais lui, il était très excité".

Une enquête a été ouverte par le parquet de Courtrai suite à l'altercation entre les deux hommes, et Franky Vlieghe a déposé plainte contre le policier qui l'a interpellé. "Ce motard que j’ai eu devant moi, il a tout bonnement abusé de son statut. Ce n’est pas normal", clame encore le trentenaire, qui avoue n'avoir pas toujours été des plus sages dans sa jeunesse et qui regrette tout de même la tournure qu'ont pris les événements: "Vous savez, j’ai remis ma vie sur les rails depuis un moment. Manger sainement, fait du sport, tout ça. Cela m’aide à me sentir bien dans ma peau. Seulement voilà, la situation est allée trop loin hier et je suis verbalement sorti de mes gonds. C’était une erreur évidemment, mais c’est arrivé, voilà".