La procession du Saint-Sang, qui a lieu chaque année le jour de l'Ascension à Bruges, a été inscrite mercredi au patrimoine mondial immatériel de l'Unesco, lors d'une réunion à Abu Dhabi, au cours de laquelle une soixantaine d'autres traditions ont été distinguées. Le patrimoine immatériel mondial, parfois menacé de dégradation ou de disparition, regroupe des pratiques, des connaissances ou des savoir-faire reconnus par des groupes ou des communautés comme faisant partie de leur patrimoine culturel.

Il se manifeste par exemple dans les traditions et expressions orales, l'artisanat les arts du spectacle, les pratiques sociales les rituels ou les événements festifs. Selon l'Unesco, il vient compléter les listes du patrimoine mondial qui comprennent des centaines de sites naturels et culturels. La procession du Saint-Sang fait partie d'une liste de plus de 60 inscriptions décidées mercredi à Abu Dhabi par l'Unesco. Organisée tous les ans, le jeudi de l'Ascension, cette fête à caractère religieux draine chaque année des dizaines de milliers de spectateurs à Bruges.

Le défilé présente des tableaux vivants de l'Ancien et du Nouveau Testament, suivis d'un cortège de marchands et de métiers du Moyen Age. Vient ensuite Thierry d'Alsace, ramenant la fiole du Saint-Sang de Jérusalem. Lorsque la véritable relique, portée par l'évêque et sa suite, passe à travers la foule, celle-ci se lève et se signe dans une ambiance de recueillement. Le tango, danse d'origine argentine et uruguayenne, a également rejoint mercredi le patrimoine mondial immatériel de l'Unesco. La tradition argentine et uruguayenne du tango, aujourd'hui renommé dans le monde entier, est née dans les milieux populaires des villes de Buenos Aires et de Montevideo, dans le bassin du Rio de la Plata, le fleuve qui sépare l'Argentine de l'Uruguay.

Pratiqué dans les salles de danse traditionnelle de Buenos Aires et de Montevideo, le tango répand aussi dans le monde entier son esprit communautaire, tout en s'adaptant aux évolutions du monde avec le temps, ajoute l'organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture. A Buenos Aires et Montevideo, les autorités prévoient un week-end festif pour marquer l'inscription du tango au patrimoine de l'Unesco. "C'est un hommage à tous ceux qui ont soutenu le tango depuis sa création, et qui ont transmis la poésie et la danse de génération en génération", a estimé Hernan Lombardi, responsable de la culture pour la ville de Buenos Aires.

Pas moins de 22 traditions de Chine sont également inscrites au patrimoine mondial immatériel de l'Unesco, dont la technique de la xylogravure chinoise, le découpage du papier chinois ou encore l'opéra tibétain. C'est le cas également des dentelles de Croatie ou de celles de Lefkara, à Chypre. Pour l'Afrique, deux traditions maliennes ont été retenues: la Charte du Manden, proclamée à Kouroukan Fouga, et qui est l'une des plus anciennes constitutions au monde; la réfection septennale du toit du Kamablon, un édifice qui sert de sénat villageois et fut construit en 1653. Pour la France, font partie de cette liste les Tapisseries d'Aubusson, "la tradition du tracé dans la charpente française" et le Maloya, un chant et une danse de l'île de la Réunion.