Avec 134.861 votants, le taux de participation s'élève à 34,75%. Les Anversois étaient appelés à se prononcer sur la construction d'un imposant viaduc, le "Lange Wapper", pièce centrale du maillon manquant de l'achèvement du ring anversois (Oosterweelverbinding). Cette consultation populaire, arrachée de haute lutte par deux petites associations Ademloos et stRaten-generaal, est une première pour la ville d'Anvers.

Le débat avait provoqué de nombreuses discussions et polémiques ces derniers mois en Flandre. Une seule question était posée aux Anversois: "la ville d'Anvers doit-elle donner un avis favorable à un permis de construire la +Oosterweelverbinding+ (la liaison entre Merksem, à l'est de l'Escaut, etZwijndrecht, à l'ouest, NDLR) sur le tracé actuel entre Zwijndrecht/Linkeroever et Merksem/Deurne? Oui ou non".

Controversé, le projet vise à construire un imposant viaduc à deux niveaux, le "Lange Wapper", à l'est de l'Escaut au-dessus des docks et de certains quartiers d'habitations. Le coût des travaux était évalué à plusieurs milliards d'euros. Le bourgmestre d'Anvers, Patrick Janssens (sp.a) a adressé dimanche ses félicitations aux deux groupes d'action à l'origine de la consultation populaire.

"Lorsque leur plan pour un référendum fut connu, je n'avais pas imaginé qu'ils récolteraient suffisamment de signatures de soutien. Je suis heureux que de nombreux Anversois se soient rendus vers les urnes. C'est une preuve de leur engagement pour la ville, et un signal important en direction du gouvernement flamand pour lui dire qu'ils ne soutiennent pas le tracé du projet".

Les autorités flamandes ne sont théoriquement pas tenues de suivre le résultat de consultation populaire de dimanche, mais on imagine mal comment elles pourraient passer outre.