Plusieurs incidents ont eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi à l’occasion du réveillon de Nouvel An. Le plus tragique a été recensé en Flandre orientale. Le corps d’une femme de 59 ans a été retrouvé, vendredi matin, dans un immeuble à appartements d’Oordegem (commune de Lede, près d’Alost) après une fête. Cette lockdown party violait les mesures de lutte contre le coronavirus, a indiqué le parquet vendredi. La cause du décès n’a pas encore été confirmée, mais, selon Het Laatste Nieuws, la victime aurait été tuée lors d’une dispute. Le parquet précise que les participants à la fête sont entendus et que l’enquête suit son cours.

En Région bruxelloise, le Service d’incendie et d’aide médicale urgente (Siamu) est intervenu vingt fois pour des véhicules en feu, dont onze dans la zone de police de Bruxelles Midi, entre 18 h et minuit durant le réveillon. Le Siamu a en outre reçu pas moins de 55 appels pour du mobilier urbain en feu. La Stib a aussi constaté des dégradations sur trois bus, deux trams et deux abris de tram.

Six lockdown parties

Par ailleurs, 528 interventions ont eu lieu durant la nuit dans la capitale, dont de nombreuses pour saisir des matériaux pyrotechniques et quelques-unes pour non-respect des mesures Covid, telles que le couvre-feu ou l’interdiction de rassemblement. Au total, six lockdown parties ont été arrêtées par les différentes zones de police bruxelloises, selon le bilan de vendredi matin. Lors d’une de ces fêtes illégales, 15 procès-verbaux (PV) ont dû être dressés.

À Liège, ce sont 26 PV qui ont été dressés pour non-respect du couvre-feu et rassemblement sur la voie publique, selon la zone de police locale. Plusieurs incendies ont aussi été constatés sans faire de blessés, notamment l’incendie total du bâtiment de l’ASBL L’Éclat de Rire. Selon les forces de l’ordre, il s’agit probablement d’un incendie criminel.