Le parquet fédéral mène, mercredi, une perquisition sur le site de la centrale nucléaire de Doel. L'exploitant Engie Electrabel a confirmé l'information relayée par la VRT.

La perquisition est toujours en cours. Il est aussi question d'une perquisition au siège central d'Engie à Bruxelles. L'entreprise n'a pas confirmé.

"Dans le cadre d'une enquête en cours, une perquisition est menée sur le site de la centrale nucléaire de Doel. Nous coopérons pleinement", a déclaré une porte-parole d'Engie. 

La justice enquête sur un acte de sabotage dans la centrale nucléaire de Doel 4. En août 2014, quelqu'un a ouvert la soupape d'un tuyau d'huile lubrifiante. Cet acte a provoqué le blocage de la turbine et l'arrêt du réacteur. 

Il n'y a jamais eu de danger nucléaire, mais les dégâts matériels ont été colossaux: plus de 100 millions d'euros. La centrale a dû être fermée pendant longtemps et Engie Electrabel a également subi de graves dommages à sa réputation.