Pour des raisons de sécurité, l'élevage entier va être abattu. On ignore encore le nombre d'animaux concernés, mais l'Afsca parle d'un foyer de contamination.

"C'est une catastrophe pour cette exploitation, mais aussi pour l'ensemble des éleveurs de notre pays", regrette la FWA. "En effet, la Belgique va perdre son statut indemne, avec les conséquences qui en découleront très probablement sur le plan économique."

Des mesures de sécurité supplémentaires s'appliquent également aux alentours de l'exploitation. L'accès aux élevages de volailles est désormais interdit à toute personne et à tout matériel n'appartenant pas à l'élevage dans un rayon de trois kilomètres. Les éleveurs ne peuvent plus enlever les œufs destinés à la consommation. Le transport de volaille à partir des abattoirs, des ateliers de découpe et des entrepôts frigorifiques n'est également plus autorisé.

La grippe aviaire a été détectée il y a deux semaines chez trois oiseaux sauvages dans un abri pour oiseaux à Ostende. C'est pourquoi les éleveurs et les particuliers sont tenus de confiner leurs volatiles.

Depuis, 10 cas ont été confirmés dans le pays.

Afin de limiter la propagation du virus dans le pays, l'organisation flamande Natuurpunt rappelle d'éviter d'attirer des oiseaux sauvages en les nourrissant si ceux-ci sont amenés à être en contact avec leurs propres volatiles: "L'alimentation est toujours possible, mais suivez la logique: si vous avez vous-même des volailles ou si vos voisins ont un poulailler dans le jardin, par exemple, évitez d'attirer un grand nombre d'oiseaux".