Martine De Coppel, de la liste communale "Vernieuwing", quitte son poste de présidente du conseil communal de la commune de Grimbergen, en Brabant flamand. 

A l'origine de cette décision: on l'a entendue jeudi soir dire en néerlandais "alle vremde weg", ce qu'on peut traduire par "tous les étrangers dehors", lors d'un conseil communal en ligne, alors qu'elle pensait que son micro n'était plus allumé. La liste Vernieuwing a déjà fait parler d'elle, après avoir obtenu le plus gros score de la commune de Grimbergen aux élections locales de 2018. Elle était tirée par l'ancien Vlaams Blok et Vlaams Belang Bart Laeremans, actuellement échevin, et comportait d'autres anciens du parti d'extrême-droite.

Vernieuwing est aux commandes dans la commune, en coalition avec la N-VA et l'Open Vld.

Vernieuwing a communiqué lui-même vendredi au sujet du commentaire de Martine De Coppel, précisant qu'il s'agissait "d'une réflexion qu'elle se faisait à elle-même et qui n'était dirigée vers personne". "Elle s'est plusieurs fois excusée durant le conseil communal virtuel, puis a immédiatement rendu sa démission en tant que présidente à l'issue de celui-ci, ce qui a été accepté par notre groupe", indique Chantal Lauwers, présidente de Vernieuwing.

Normalement, Martine De Coppel doit reprendre en décembre 2021 l'échevinat d'Eric Naegels. On ne sait pas si l'incident changera quelque chose à ce programme. La prinicpale intéressée n'a démissionné que de son poste de présidente du conseil communal, mais souhaite en rester membre.

Le bourgmestre de la commune, Chris Selleslagh (Open Vld), n'était pas joignable vendredi matin.