Personne n'a été placé sous mandat d'arrêt, a indiqué le parquet fédéral mercredi. "L'enquête a révélé qu'un certain nombre de personnes sont en contact avec plusieurs organisations internationales terroristes. Sous le couvert de collectes de fonds à des fins caritatives, comme l'achat de puits dans les pays du Sahel et de la Corne de l'Afrique, elles collectent de l'argent et en transfèrent une partie à différentes organisations terroristes telles que l'État Islamique, Al Qaïda, Boko Haram, Al Shabaab, etc.", a expliqué le parquet fédéral.

"En outre, la plupart des personnes visées par l'enquête semblent également être des partisans de l'organisation terroriste Émirat du Caucase. Cette organisation lutte pour la création d'un émirat islamique en Tchétchénie, au Daghestan et en Ingouchie entre autres. De nombreux pays enquêtent sur ces pratiques, notamment la France, la Suède, les États-Unis, la Russie, la Norvège et la Belgique", a encore indiqué le parquet.