Hainaut

Le 125e anniversaire de l’action publique en matière de logement valait bien qu’on lui consacre un bilan et des débats, hier, au CEME de Dampremy.

Jean-Marc Nollet (Écolo), ministre notamment en charge de ce département, a pu en faire l’histoire en évoquant les piliers du logement : l’accès à la propriété avec les organismes qui ont précédé le Fonds du logement des familles nombreuses de Wallonie et la Société wallonne du crédit social et les sociétés de crédit social.

La mise à disposition de logements publics pour les ménages qui ne peuvent accéder à la propriété : c’est désormais la tâche de la Société wallonne du logement. La lutte contre les logements insalubres et plus généralement la réhabilitation des logements en font également partie. À quoi s’est ajoutée une politique d’habitat durable, notamment par le biais des agences immobilières sociales et l’amélioration de la performance énergétique.

C’était aussi l’occasion pour le ministre de faire le point des actions menées, par le biais d’initiatives conjuguant politique économique, environnementale et sociale. Ainsi a-t-on utilisé le crédit hypothécaire social, les aides aux particuliers pour la rénovation durable de leur habitation, et le logement conventionné.

Le crédit hypothécaire social avait permis, au 31 décembre dernier, le prêt de 1,7 milliard d’euros. Par ailleurs, a encore rappelé Jean-Marc Nollet, le processus de rationalisation des primes se poursuit. Sur l’ensemble de la législature, près de 600 millions ont été octroyés en aides aux particuliers pour effectuer des travaux, soit près de deux milliards de travaux réalisés.

Autre type de logement, le logement conventionné, destiné à rendre le parc privé locatif plus accessible aux populations à faibles revenus. D’autre part, une enquête sur la qualité de l’habitat en Wallonie vient de se terminer. Le Code du logement intègre désormais les Community land trust.

De plus, l’obligation de relogement s’appliquera en cas d’arrêté d’insalubrité pris par le bourgmestre et des aides sont dorénavant octroyées aux habitants occupant un habitat dit alternatif.

En réalité, l’accompagnement social devient obligatoire dans le secteur locatif public, l’efficience du secteur est renforcée, les missions des sociétés de logement sont renforcées et de nouvelles mesures de bonne gouvernance sont implémentées dans le secteur.

Bref, pour Jean-Marc Nollet, la modification du Code wallon du logement permet d’orienter le secteur du logement public vers l’avenir. Encore faut-il accentuer les efforts entrepris. Les transferts de compétences annoncés vont y aider, a détaillé Jean-Marc Nollet.