L'institut St-Luc en question

Depuis le début de cette année scolaire, plusieurs mandataires du Tournaisis, dont les réformateurs Marie-Christine Marghem et Jean-Luc Crucke, se posent des questions quant au devenir de la section d'architecture de l'institut Saint-Luc. Il fallait, selon eux, que l'institut se trouve dans un rayon proche d'une université et qu'il y soit rattaché pour que ce diplôme ne perde pas sa valeur. La ministre compétente en la matière à la Communauté française, Marie-Dominique Simonet, a précisé que "

C. Li.

Depuis le début de cette année scolaire, plusieurs mandataires du Tournaisis, dont les réformateurs Marie-Christine Marghem et Jean-Luc Crucke, se posent des questions quant au devenir de la section d'architecture de l'institut Saint-Luc. Il fallait, selon eux, que l'institut se trouve dans un rayon proche d'une université et qu'il y soit rattaché pour que ce diplôme ne perde pas sa valeur. La ministre compétente en la matière à la Communauté française, Marie-Dominique Simonet, a précisé que "l'institut supérieur d'Architecture (ISA) de Tournai peut "co-diplômer" avec l'UCL sans que cela n'implique un déménagement de l'institut. Outre la "codiplômation" avec les universités belges, l'ISA a, en raison de la proximité de la région Nord Pas-de-Calais, des perspectives de collaboration avec des établissements supérieurs de la région française. Le secteur de l'architecture n'est pas concerné par le décret limitant le nombre d'étudiants non-résidents en Communauté française. [...]"