Navetteur, la galère au quotidien

En politique, il faut parfois se montrer très patient. Enfin, vu le déroulement de la vie politique actuelle, les électeurs se doivent de l’être également Mais que dire des navetteurs qui subissent régulièrement des retards ? Ainsi, une réponse à une question écrite posée le 30 novembre 2010 par Ronny Balcaen (Ecolo) vient seulement de tomber de chez la ministre Vervotte en affaires courantes. Elle concernait le nombre de suppressions de trains entre Lille-Flandres et Tournai d’une part, et entre Lille-Flandres et Mouscron d’autre part.

Y.B.
Navetteur, la galère au quotidien
©D.R.

En politique, il faut parfois se montrer très patient. Enfin, vu le déroulement de la vie politique actuelle, les électeurs se doivent de l’être également Mais que dire des navetteurs qui subissent régulièrement des retards ? Ainsi, une réponse à une question écrite posée le 30 novembre 2010 par Ronny Balcaen (Ecolo) vient seulement de tomber de chez la ministre Vervotte en affaires courantes. Elle concernait le nombre de suppressions de trains entre Lille-Flandres et Tournai d’une part, et entre Lille-Flandres et Mouscron d’autre part.

La réponse est assez effarante. 450 trains ont été supprimés en 2009 entre Tournai et Lille-Flandres; 372 trains ont été supprimés de janvier à novembre 2010 entre Tournai et Lille-Flandres; 65 trains ont été supprimés en 2009 entre Mouscron et Lille-Flandres; 112 trains ont été supprimés de janvier à nombre 2010 entre Mouscron et Lille-Flandres.

A l’heure où l’Europe se veut ouverte en termes de mobilité, il n’y a pas de quoi être fier en matière d’organisation à la SNCB.

"On se situe dans la moyenne des trains supprimés sur l’ensemble du réseau. Quelques pour cent qui ont néanmoins une influence sur le confort des voyageurs transfrontaliers car les suppressions sont proportionnellement plus concentrées durant les heures de pointe. Difficile donc de faire confiance au train pour sauter la frontière", explique Ronny Balcaen.

"La liaison entre Courtrai, Mouscron et Lille a, elle, tendance à se dégrader. Cette situation très désagréable pour le voyageur est clairement due au défaut de ponctualité sur les lignes respectives."

Comme le précise la ministre Vervotte : "Il arrive qu’un train en retard soit limité sur son parcours terminal pour éviter d’occasionner du retard à d’autres afin de normaliser ainsi le trafic ferroviaire et d’éviter un effet boule de neige. Sans compter l’effet pervers des statistiques : on a parfois intérêt à supprimer un train très en retard pour qu’il ne vienne pas plomber encore plus les statistiques de ponctualité."

C’est donc une manière de tromper aussi le navetteur !