Mendicité : la FGTB met la pression

Coups de gueule, déclarations matamoresques, protestations : la position de la FGTB de Charleroi-Sud Hainaut à propos du projet de nouveau règlement sur la mendicité à Charleroi a animé une fin de semaine qui s’annonçait politiquement trop calme. Dans une lettre ouverte aux élus, le secrétaire régional Daniel Piron a en effet demandé dès mercredi que chacun se prononce en son âme et conscience sur ce règlement qui doit être adopté le 24 juin. Et non en fonction des consignes que les partis de la majorité donneront aux troupes. Un appel à la mutinerie ? On a lu et entendu bien pire : "la FGTB sort de son rôle, elle se trompe de combat." Ou bien encore : "Elle prend en otage ses 102 000 affiliés pour régler des comptes avec le président du PS." Voire : "Elle fait du chantage et incite à la délation."

D. A.

Charleroi

Coups de gueule, déclarations matamoresques, protestations : la position de la FGTB de Charleroi-Sud Hainaut à propos du projet de nouveau règlement sur la mendicité à Charleroi a animé une fin de semaine qui s’annonçait politiquement trop calme. Dans une lettre ouverte aux élus, le secrétaire régional Daniel Piron a en effet demandé dès mercredi que chacun se prononce en son âme et conscience sur ce règlement qui doit être adopté le 24 juin. Et non en fonction des consignes que les partis de la majorité donneront aux troupes. Un appel à la mutinerie ? On a lu et entendu bien pire : "la FGTB sort de son rôle, elle se trompe de combat." Ou bien encore : "Elle prend en otage ses 102 000 affiliés pour régler des comptes avec le président du PS." Voire : "Elle fait du chantage et incite à la délation."

Car le courrier de la FGTB indique à ses destinataires qu’une délégation de militants sera présente le soir du 24 juin, afin d’observer sereinement qui soutiendra le projet. "Dès le lendemain, nous publierons par toute voie de presse les noms de ces mandataires pour appeler l’ensemble de nos militants à ne plus leur accorder leur confiance lors des prochains scrutins."

Une déclaration de guerre ? Prudemment, Magnette a préféré voir dans cette position une marque d’incompréhension de son règlement communal. Mais des élus de son groupe ont carrément vu rouge. Hicham Imane par exemple est monté rapidement aux barricades pour condamner ce coup bas de Daniel Piron qui joue à un jeu dangereux. Chef de groupe PS au conseil communal, Gérard Monseux craint l’amalgame avec la délation, même si comme le souligne Daniel Piron, "il s’agit d’un vote public que ses participants doivent pouvoir assumer".

Pour l’échevine Véronique Salvi du CDH, la FGTB fait fi d’un travail d’écoute et de démocratie participative avec le milieu associatif. La volonté n’est pas de soustraire les pauvres de la vue, c’est au contraire de lutter contre leur sédentarisation, comme l’observe sa collègue Ornella Cencig pour le MR. En intensifiant l’accompagnement social. Hypocrisie ? Ecolo et le PTB sont au balcon.

Leurs chefs de groupe ont annoncé qu’ils ne voteraient pas le règlement. Alors que la FGTB persiste et signe, les deux semaines à venir s’annoncent difficiles pour la majorité.