Mons: il tente de forcer un piquet de grève... au pied de biche

Quelques échauffourées se sont produites au rond-point Warocqué vers 7h30 où une camionnette a forcé le passage et en menaçant les grévistes avec un pied-de-biche. A Jemappes, un gréviste a été accroché à la portière du véhicule qui prenait la fuite.

Mons: il tente de forcer un piquet de grève... au pied de biche
©avpresse
C.Ti.

Il était aux alentours de 7h30 ce lundi matin lorsqu'une échauffourée a éclaté au rond point Warocqué, l'une des entrées principales de Mons.

Selon nos confrères de la "Dernière Heure", une camionnette y a forcé le passage en n’hésitant pas à pousser les grévistes sur quelques mètres. Le passager est ensuite sorti avec un pied de biche en tentant de porter des coups à la vingtaine de militants.

Aucun blessé n’est à déplorer mais la température est montée d’un cran. La police de Mons Quévy a été appelée sur place.

Un chauffard forcé le barrage à Jemappes

Vers 9h20, un automobiliste âgé d'une vingtaine d'années a tenté de forcer le passage au rond-point de Jemappes sur la RN51. Un gréviste a été accroché à la portière du véhicule qui prenait la fuite. Le chauffard a trainé le syndicaliste sur plusieurs mètres avant de s'immobiliser et de sortir avec une batte de base-ball. Tous les grévistes présents ont alors formé un bouclier humain. La tension est montée d'un cran jusqu'à l'arrivée des policiers.

Le gréviste percuté a été touché au visage et présente plusieurs traces d'ecchymoses sur le corps. Il a été emmené par ambulance dans un hôpital de la région. L'automobiliste a, quant à lui, été arrêté par les membres du piquet qui sont venus en aide à leur camarade blessé.

Par chance, la police de Mons-Quévy est rapidement arrivée sur les lieux. L'automobiliste a été intercepté et embarqué par le policiers.

Piquets en série dans la région de Mons

Dès 5 heures, la plupart des piquets de la région de Mons-Centre étaient installés. Au rond-point Warocqué à Mons, cinquante grévistes étaient présents pour boucler le passage. Seules les personnes qui disposaient d’un laissez-passer ont pu franchir rapidement le rond-point. « Pour l’instant, ça se passe bien. Il y a moins d’automobilistes que la dernière fois », confiait un gréviste CSC à la "Dernière Heure". « Les gens font demi-tour et rentrent chez eux. Tous les gens qui sont ici payent cher la journée. Il ne faut pas croire que ça nous amuse ».

A la gare de Mons, aucun train n'est entré ou sorti. Le rail, les voies, et la salle de voyageurs étaient vides vers 8 heures.

Du côté du zoning de Cuesmes, toutes les entrées sont bloquées par des grévistes verts et rouges. Le zoning est d’ailleurs complètement désert. Toutes les entreprises sont à l’arrêt. Au total, entre 150 et 200 personnes empêchent quiconque de pénétrer dans le zoning.

A Jemappes, le zoning commercial (Médiamarkt, Quick, Colruyt) est également vide. Un piquet est installé pour limiter l’accès. Aucun camion ne pénètre sur le site. Idem du côté du Parc Initialis où les accès sont tous bloqués. Le rond-point de Jemappes est occupé par une cinquantaine de grévistes. La circulation sur la N51 est paralysée mais le barrage est filtrant.

Sur le même sujet