Premiers coups de pelle pour le rond-point du Flamant

Á Braine-le-Comte, le chantier de sécurisation, tant attendu, de l’un des carrefours les plus dangereux de Braine débute ce lundi.

Grégoire Lalieu
SEBASTIEN DESCHAMPS FRANCOIS DESQUESNES ROND POINT FLAMENT BRAINE LE COMTE
SEBASTIEN DESCHAMPS FRANCOIS DESQUESNES ROND POINT FLAMENT BRAINE LE COMTE ©AVPRESS

Á Braine-le-Comte, le chantier de sécurisation, tant attendu, de l’un des carrefours les plus dangereux de Braine débute ce lundi.Le serpent de mer de Braine-le-Comte s’apprête à sortir de terre. Le rond-point du Flament est attendu depuis des années. Il est destiné à sécuriser l’un des carrefours les plus dangereux de Braine. Mais le dossier a piétiné et connu des reports multiples.

Ce sont les humanistes François Desquennes, député wallon, et Sébastien Deschamps, conseiller communal à Ecaussinnes, qui apportent la bonne nouvelle. "La patience des habitants d’Hennuyères et de Braine-le-Comte aura été mise à rude épreuve, mais le bout du tunnel est en vue", annoncent les deux élus bien introduits auprès du ministère des Travaux.

Un suivi minutieux

Depuis 4 ans, ils ont été les aiguillons de ce dossier, pour faire en sorte que le projet de sécurisation du carrefour puisse enfin voir le jour. Plusieurs projets d’aménagement avaient été imaginés depuis 2007 mais aucun n’avait pu se concrétiser, faute d’accord sur les options techniques. En 2012, les deux élus locaux insistent auprès du ministre Di Antonio pour relancer le dossier et celui-ci décide de réunir tous les acteurs concernés par le dossier (Service Public de Wallonie, IBSR, autorités communales, Zone de Police…).

Ce travail est récompensé en mai 2013 par l’obtention d’un permis d’urbanisme pour "l’aménagement d’un giratoire au Flament".

En mai 2014, le projet est in extremis intégré dans le plan Routes, qui reprend un ensemble de projets de sécurisation prioritaire du réseau routier géré par la SOFICO. Revenant à la charge au parlement wallon, le député sonégien cdH questionnera à trois reprises le nouveau ministre des Travaux publics, Maxime Prévot, afin de s’assurer du bon avancement de chaque nouvelle étape du dossier : finalisation du cahier des charges, lancement du marché public, attribution du marché, réalisation des travaux préparatoires par les impétrants (conduites d’électricité, d’eau, etc.). C’est ainsi que, fin 2014, le marché public est lancé. Les offres sont ensuite reçues et analysées pour aboutir à une attribution de marché, approuvée par la SOFICO en juillet 2015. Puis enfin, les travaux préparatoires sont réalisés.

Un chantier de 300 jours ouvrables

Aujourd’hui, avec l’arrivée des beaux jours, la SOFICO et le Service Public de Wallonie viennent donc de donner l’ordre du début du chantier pour la réalisation du rond-point du Flament d’un coût total de 1 million d’euros (HTVA). C’est une nouvelle étape de franchie pour la concrétisation de la sécurisation du carrefour. Conformément au cahier des charges, l´entreprise désignée dispose de 300 jours ouvrables pour réaliser le chantier. Si les conditions météorologiques le permettent, le chantier pourrait donc être terminé pour le 2ème semestre 2017. "Le début des travaux annoncés par la SOFICO constitue une étape décisive pour améliorer la sécurité des milliers d’usagers qui empruntent quotidiennement ce carrefour dangereux", concluent François Desquennes et Sébastien Deschamps.