Wallonie picarde: L’éclairage des routes nationales et des autoroutes va bientôt être changé

Wallonie picarde: L’éclairage des routes nationales et des autoroutes va bientôt être changé
©DR
Y. B.

La Société de financement complémentaire des infrastructures (la Sofico) a décidé dernièrement d’installer un éclairage plus écologique, plus économique et plus performant sur le réseau structurant. Cela concerne les nationales éclairées comportant 2x2 bandes et les autoroutes wallonnes, ce qui représente 2300 km de voiries.

Dans notre région, les autoroutes A17, A16 et A7, soit l’axe Mouscron-Mons, A8 (sur les tronçons éclairés), comme les nationales N58a, qui traverse Comines, la N7 qui relie Tournai à Enghien, la N50 qui relie Tournai à Mons sont concernées par ce projet.

Il s’agira de placer des lumières LED dont l’intensité pourra être même pilotée à distance. Ce marché doit encore être attribué et les travaux devraient débuter dans le courant 2018.

Ce n’est pas une mince entreprise que de modifier cet éclairage existant. La Sofico planche sur ce projet depuis 3 ans. Cela concerne 63 000 supports et près de 73 000 luminaires répartis sur les 2300 km de voiries concernées.

"Cette réflexion a abouti à trois scénarios qui ont tous été étudiés pour atteindre des objectifs d’utilisation des nouvelles technologies, de respect de l’environnement, d’économie d’énergie et de sécurité routière, en maintenant au minimum l’éclairage des zones à risques, comme les rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes, carrefours, zones en agglomération", explique la Sofico.

Les luminaires LED remplaceront l’éclairage au sodium

L’éclairage sera maintenu aux endroits déjà actuellement équipés (autoroutes, rings, échangeurs, entrées et sorties, nationales). Il sera limité aux rings, échangeurs, entrées et sorties d’autoroutes et de nationales, carrefours et zones en agglomération (suppression sur les nationales hors agglomération, zones de conflits et sur les bermes centrales d’autoroutes).

"Des luminaires LED remplaceront l’éclairage au sodium. Ils sont moins énergivores (environ 30 % de diminution de consommation), nécessitent moins d’entretien et présentent une durée de vie plus longue. Ils offrent également un meilleur rendu des couleurs et un éclairage moins diffus, ce qui améliorera d’autant la visibilité et la sécurité de tous les usagers", précise la Sofico.

Notons que l’éclairage pourra être modulable aussi suivant le trafic, l’heure ou encore la météo. Il pourra même être piloté à la demande depuis le centre Perex, le centre de trafic de la Région wallonne situé à Daussoulx, près de Namur. Ce centre assure la surveillance du trafic et le fonctionnement des équipements électroniques et de télécommunication durant toute l’année, 24h sur 24.

Le coût total des investissements pour ces modifications d’éclairage se chiffre à 30 millions € par an. "La durée de ce contrat sera de 20 ans, avec obligation du maintien des performances durant toute la durée de celui-ci", ajoute la Sofico.