Quaregnon: des nuisances olfactives polluent la vie des habitants

L’origine des odeurs senties sur Wasmuël n’est toujours pas identifiée.

Quaregnon: des nuisances olfactives polluent la vie des habitants

Les Quaregnonnais, et plus précisément les habitants de Wasmuël, sont à bout. Leur patience a atteint des limites alors que depuis plusieurs semaines déjà, des odeurs nauséabondes gâchent leur quotidien, allant jusqu’à les réveiller en pleine nuit. Certains riverains évoquent même des maux de tête ou encore des douleurs d’estomac et font un lien avec ces désagréments olfactifs.

C’était encore le cas cette semaine, aux rues Madame, Sablionnière, Hanotte ou encore Hennekinne. Les citoyens exigent bien légitimement des explications et l’identification de ces odeurs. Mais jusqu’ici, personne n’a pu donner satisfaction. Pas même l’intercommunale Idea, considérée par beaucoup comme responsable de la situation. "L’intercommunale n’est pas responsable de ces odeurs. Les serres de séchage ont été arrêtées en avril dernier et fonctionnent selon un schéma classique de station d’épuration. Il n’y a pas de différence entre le processus diurne et nocturne, et donc pas de raison que ces odeurs se manifestent plus particulièrement la nuit", note Caroline Descamps, directrice générale de l’Idea.

Malgré ces certitudes, des échantillonneurs ont été placés sur les différentes lignes d’entrée de la station de Wasmuël, qui reçoit des eaux urbaines et industrielles.

Un échantillonnage de ces entrées a déjà été organisé durant plusieurs nuits afin d’identifier une potentielle pollution mais jusqu’à présent, les analyses n’ont rien identifié dans les eaux entrantes. Depuis lundi dernier, en collaboration avec la commune de Quaregnon, ce sont donc les égouts qui font l’objet d’une attention particulière.

"Il est peu probable qu’une accumulation puisse produire pareilles odeurs à certains moments uniquement. Mais nous nous remettons en question et cherchons donc des réponses. Nous attendons les résultats de ces endoscopies."

Dans les jours à venir, une surveillance olfactive sera assurée. De leur côté, les citoyens continuent à se rassembler pour mener ce combat particulier et pour protéger leur santé.


Sur le même sujet