Idès Cauchie: Vacciné pour affronter les urnes à Ellezelles

Idès Cauchie: Vacciné pour affronter les urnes à Ellezelles

Idès Cauchie, l’ancien vétérinaire de 69 ans, attend sereinement le verdict

Au pouvoir depuis 2006, Idès Cauchie gère correctement Ellezelles et ses trois villages car il se retrouve à la tête d’une commune aux finances saines et avec une entité qui ne manque pas de projets. Tout est possible, mais il est difficile de penser que ce deuxième maïorat soit son dernier.

À la tête de sa propre liste d’ouverture (La Liste du bourgmestre), Idès Cauchie ne veut cependant pas se proclamer comme étant déjà le grand vainqueur du prochain scrutin du 14 octobre.

"Du suspens, il y en a toujours. Nous avions déjà le suspens de voir s’il y allait avoir une liste MR, ce qui est finalement le cas. Il y aura donc 4 listes, c’est un coup classique. Dany Rasson (PS) est le concurrent habituel. Le MR propose une nouvelle liste et Ecolo reste fidèle à lui-même avec les mêmes personnages à la tête et un peu de renouveau. Pour ma part, j’aimerais encore faire une campagne en 2024", explique Idès Cauchie.

À la tête d’une liste d’ouverture de par la présence notamment de Dany Blin qui siégeait en tant qu’indépendant au conseil communal, Idès Cauchie ne cache pas la confiance qu’il a envers son groupe.

"Moi je n’ai qu’un objectif, c’est faire du mieux possible avec l’équipe que j’ai. Je suis vraiment content de la manière dont on fonctionne. L’équipe était déjà au complet début janvier. Donc on a eu neuf mois de gestation pour réaliser notre programme. Tout aura vraiment été très enrichissant avec une chouette équipe composée avec quelques jeunes qui se lancent pour la première fois en politique et qui s’investissent pour voir comment cela fonctionne. Ils sont là aussi pour apporter leurs idées."

Durant ses deux mandatures, l’ancien vétérinaire de 69 ans n’aura que très rarement été sous le feu des critiques. On lui reproche même parfois de ne pas dépenser assez d’argent.

"Alors pour celui qui pense que la commune ne dépense pas assez, j’ai envie de lui dire qu’il y a eu la transformation du Chez Nous, la restauration de plusieurs routes, du photovoltaïque, une nouvelle école à Wodecq, 12 logements au béguinage, etc., avance notre interlocuteur . Nous n’avons pas fait que dans le dur non plus ! Bref, on ne peut pas dire que l’on ait encore quelque chose en poche car on s’est assis sur la mallette. Il y a un moyen de garder ses sous, c’est de ne pas les dépenser. Dans notre cas, c’est plutôt la gestion saine et rigoureuse avec l’obtention de subsides qui fait qu’on peut arriver à goupiller les deux."


Mobilité: "Deux radars fixes"

"Il ne faut pas croire que l’on ne fait rien au niveau de la mobilité ! Mais quand on s’adresse à la TEC pour demander plus de bus, c’est comme si on pissait contre un mur. Les 11 abribus sur notre territoire vont être restaurés ou remplacés. Le premier problème de la mobilité, c’est lorsqu’on s’arrête et donc il se trouve au niveau des parkings. On a commencé avec des nouveaux emplacements à durée limitée. Quand on abattra le Beaubourg, il y aura de nouvelles places en plus dans le centre. Il y aura aussi la mise en place de deux nouveaux radars fixes."

Finances: "Des finances saines"

"Nous avons une dette par habitant qui est faible et rien n’est amorti en plus de 20 ans. Je ne citerai pas de noms, mais il y a des entités qui se vantent car ils ne demandent que 7,5 % à l’IPP. En dehors de ça, Ellezelles est beaucoup moins chère avec 2.450 en centimes additionnels. Il n’y a que deux communes qui font moins que 8 % à l’IPP. On peut donc dire qu’à ce niveau-là, nous sommes sur la seconde marche du podium. Pour le reste, nous sommes souvent dans les premiers."